Accéder au contenu principal

Maha Vajiralongkorn officiellement couronné roi de Thaïlande

Le roi de Thaïlande, Maha Vajiralongkorn, le 4 mai 2019, lors de son couronnement à Bangkok.
Le roi de Thaïlande, Maha Vajiralongkorn, le 4 mai 2019, lors de son couronnement à Bangkok. Thai TV Pool, AFP

Sur le trône depuis 2016, Maha Vajiralongkorn a été officiellement couronné samedi roi de Thaïlande, un symbole de stabilité dans un pays qui reste très divisé après les élections législatives de mars.

Publicité

Monarque imprévisible à la personnalité déroutante, le roi de Thaïlande Maha Vajiralongkorn – Rama X selon son nom dynastique – a été officiellement couronné, samedi 4 mai, plus de deux ans après être monté sur le trône, lors d'une cérémonie spectaculaire combinant rites bouddhiques et brahmaniques (hindouistes).

Maha Vajiralongkorn, 66 ans, a accédé au trône en octobre 2016 après le décès de son père, le très respecté Bhumibol Adulyadej, décédé à l'âge de 88 ans après avoir régné pendant sept décennies. Son couronnement met fin à une période de deuil de plus de deux ans.

Samedi, lors de la cérémonie du devaraja (bénédiction divine), point d'orgue de trois jours de célébrations, le roi Vajiralongkorn était flanqué de la reine Suthida, avec laquelle il a annoncé il y a trois jours son mariage – son quatrième après trois divorces.

Le sacre s'est déroulé dans la salle du trône du Grand Palais à Bangkok, où réside selon la légende la divinité tutrice royale Phra Siam Devadhiraj. Rama X a posé lui-même sur sa tête la "Grande Couronne de la Victoire", de plus de sept kilos, en émail doré et pierres précieuses alors que plusieurs coups de canon étaient tirés.

Après avoir été purifié par de l'eau provenant de divers points du pays, le roi s'est vu remettre par des dignitaires à genoux les autres objets emblématiques de la royauté : une épée incrustée de pierres précieuses, un sceptre en bois et or, un éventail, un fouet en poil d'éléphant et des chaussons brodés de fils d'or.

"Je régnerai en justice"

"Je régnerai en justice pour le bien du royaume et du peuple pour toujours", a déclaré le roi, assis sous un parapluie à neuf étages et coiffé d'une couronne en or sertie d'un diamant.

Traditionnellement prononcé après le couronnement d'un roi, le premier ordre royal donne la tonalité de son règne. Rama X a repris pour l'occasion la promesse formulée par son père en 1950, quatre ans après sa montée sur le trône.

L'institution royale demeure un pilier de l'ancien royaume du Siam, même si la Thaïlande, devenue à la suite d'un coup d'État une monarchie constitutionnelle en 1932, est de nouveau dirigée par une junte militaire depuis 2014.

Comme son père avant lui, Maha Vajiralongkorn ne semble pas disposé à se cantonner à un rôle purement honorifique. Depuis sa montée sur le trône, il a notamment obtenu la modification de deux articles de la nouvelle Constitution rédigée par l'armée qui visaient à limiter ses pouvoirs.

Un pays politiquement très divisé

Il a aussi mis la main sur le Bureau des avoirs de la couronne, un organisme qui gère les investissements et les terres de l'institution royale et dont la fortune est évaluée à environ 40 milliards de dollars.

Les relations entre le roi et le Premier ministre, l'ancien chef de la junte Prayuth Chan-o-cha, qui ne compte pas parmi ses plus grands partisans, seront particulièrement surveillées dans les prochains mois, surtout après la promotion récemment accordée par Rama X au chef de la garde royale, le général Apirat Kongsompong.

D'autant que la Thaïlande reste politiquement très divisée après les élections législatives du 24 mars, les premières depuis la prise du pouvoir par l'armée en 2014.

Plus d'un mois après le scrutin, les deux camps pro-junte et anti-junte revendiquent la victoire, cherchant à former une coalition pour obtenir une majorité à la chambre basse du Parlement. Et l'opposition dénonce de nombreuses fraudes.

Les résultats définitifs ne seront connus qu'après les cérémonies du couronnement, d'ici le 9 mai, afin de garantir au maximum la stabilité du pays.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.