Accéder au contenu principal

Escalade de violence au Proche-Orient : le bilan s'alourdit en Israël et à Gaza

Les raids israéliens sur Gaza se poursuivent dimanche 5 mai 2019.
Les raids israéliens sur Gaza se poursuivent dimanche 5 mai 2019. Mohammed Salem, Reuters

Les centaines de roquettes tirées de la bande de Gaza ont fait quatre morts, dimanche, en Israël, tandis que 19 Palestiniens, dont la moitié de civils, ont été tués par les bombardements israéliens, ont annoncé des responsables des deux camps.

PUBLICITÉ

Les hostilités se sont poursuivies dimanche pour le deuxième jour consécutif entre Israël et les groupes armés de Gaza. Quatre personnes ont été tuées près d'Ashkelon, dans le sud d'Israël, par des roquettes palestiniennes tirées de la bande de Gaza vers le territoire israélien depuis samedi, a indiqué dimanche 5 mai la police de l'État hébreu à France 24.

Dix-neuf Palestiniens, dont deux bébés, ont trouvé la mort dimanche dans une frappe de riposte d'Israël, portant à 23 le nombre de victimes à Gaza depuis le début de l'escalade armée vendredi.

L'un d'entre eux était un commandant du Hamas, selon un communiqué du mouvement islamiste, du nom d'Hamad al-Khodori.

L'armée israélienne a confirmé ce décès. Sur Twitter, un de ses porte-parole, Ronen Manelis, a décrit Hamad al-Khodori comme "le responsable du transfert d'argent de l'Iran vers les organisations terroristes de la bande de Gaza".

Réactions internationales

La cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a renouvelé dimanche l'appel de l'Union européenne (UE) à un "arrêt immédiat" des tirs de roquettes de Gaza contre Israël, mettant en garde contre un "conflit sans fin".

"L'Union européenne réaffirme qu'elle soutient sans réserve les efforts déployés par l'Égypte et l'ONU pour réduire les tensions à Gaza et attend des parties qu'elles collaborent avec eux pour rétablir le calme", a-t-elle ajouté.

Dans un communiqué, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a appelé à "une retenue maximale" et une "désescalade immédiate" et a condamné "le lancement de tirs de roquettes depuis Gaza sur Israël, en particulier visant les centres de population civile".

Le coordonnateur spécial de l'ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, Nicolay Mladenov, a lui écrit sur Twitter : "Suffisamment d'Israéliens et de Palestiniens ont déjà été tués, il est temps de mettre fin à l'escalade avant qu'il ne soit trop tard."

Une série de frappes israéliennes et plus de 430 roquettes palestiniennes depuis vendredi

Cette nouvelle flambée de violence a débuté vendredi quand un membre du Jihad islamique, allié du Hamas à Gaza, a blessé deux militaires israéliens en bordure de la bande de Gaza, selon leur état-major.

Une frappe de représailles a ensuite fait deux morts dans les rangs du Hamas, qui a à son tour répliqué, avec le Jihad islamique, en tirant depuis samedi matin plus de 600 roquettes en direction du territoire israélien.

Escalade entre Israël et Gaza: l'analyse de Frédéric Encel, spécialiste des relations internationales

Il s'agit d'un des plus importants nombre de roquettes tirées en deux jours sur Israël dans les violences des dernières années entre les groupes armés palestiniens et Israël.

Cent-cinquante tirs palestiniens ont été interceptés par le système de défense antimissiles, a indiqué l'armée israélienne, précisant que 70 % des roquettes étaient tombées sur des zones inhabitées.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.