Accéder au contenu principal

Suicides à France Télécom : le procès du harcèlement moral institutionnel

Didier Lombard, qui a dirigé France Télécom de 2005 à 2010, sera jugé aux côtés d'autres anciens responsabels du groupe.
Didier Lombard, qui a dirigé France Télécom de 2005 à 2010, sera jugé aux côtés d'autres anciens responsabels du groupe. Éric Piermont, AFP

France Télécom, devenu Orange en 2013, est jugé à partir de lundi pour harcèlement moral à grande échelle. En 2008 et 2009, 35 salariés se sont donné la mort, dans un contexte de vaste restructuration de l'entreprise.

Publicité

C'est la première fois qu'une entreprise du CAC 40 est jugée pour "harcèlement moral" : dix ans après la vague de suicides à France Télécom, le procès de ses ex-dirigeants, dont son ancien patron Didier Lombard, démarre lundi 6 mai devant le tribunal correctionnel de Paris.

La souffrance au travail, dont France Télécom était devenue le symbole à la fin des années 2000, sera au cœur de ce procès fleuve prévu pour durer jusqu'au 12 juillet.

En 2008 et 2009, 35 salariés se sont donné la mort, pour certains sur leur lieu de travail. Mais au-delà de ces suicides qui avaient choqué l'opinion publique, le tribunal s'intéressera au fonctionnement de France Télécom entre 2007 et 2010. C'est le dossier "d'un harcèlement moral organisé à l'échelle d'une entreprise par ses dirigeants", résument les juges d'instruction dans leur ordonnance de renvoi devant le tribunal, consultée par l'AFP.

L'entreprise, devenue Orange en 2013, figure parmi les prévenus en tant que personne morale. Didier Lombard, qui a dirigé France Télécom de 2005 à 2010, sera jugé aux côtés de l'ex-numéro 2 de l'entreprise Louis-Pierre Wenes et de l'ex-directeur de ressources humaines Olivier Barberot.

Procès du harcèlement moral institutionnel

Tous comparaissent pour "harcèlement moral", défini dans le Code pénal comme "des agissements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail". Quatre autres responsables sont jugés pour "complicité". Ils encourent un an d'emprisonnement et 15 000 euros d'amende (75 000 euros pour France Télécom).

Ce procès sera celui du harcèlement moral institutionnel, différent des cas classiques où le lien est direct entre l'auteur présumé et sa victime.

Les dirigeants de France Télécom avaient mis en œuvre un vaste programme de restructuration : les plans NExT et Act qui visaient à transformer France Télécom en trois ans, avec notamment l'objectif de 22 000 départs sur 120 000 salariés. Plus de 10 000 personnes devaient aussi changer de poste.

"Extraordinaire brutalité"

Les prévenus ne seront pas jugés pour leurs choix stratégiques, mais pour leurs méthodes. Dans la première plainte déposée, le syndicat SUD parlait en 2009 d'une "gestion d'une extraordinaire brutalité".

En 2006, dans un discours devant les cadres, Didier Lombard donnait le ton : "Je ferai les départs d'une façon ou d'une autre, par la fenêtre ou par la porte". Le DRH lançait lui le "crash program".

Les juges d'instruction ont détaillé "les dispositifs de déstabilisation des personnels", retenant notamment des "contrôles excessifs", "la marginalisation" des salariés, "les réorganisations multiples" etc.

Les magistrats ont retenu les cas de trente-neuf salariés : dix-neuf se sont suicidés, douze ont tenté de le faire, et huit ont subi un épisode de dépression ou un arrêt de travail.

Interrogés par l'AFP, les avocats de la défense n'ont pas souhaité s'exprimer. L'entreprise "ne nie pas la souffrance des salariés mais conteste avoir mis en place une politique destinée à déstabiliser ses équipes", a seulement expliqué une source proche du dossier. 

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.