Accéder au contenu principal

Emmanuel Macron affiche ses ambitions écologiques pour préserver la biodiversité

Emmanuel Macron, dans la cour de l'Élysée, le 6 mai 2019.
Emmanuel Macron, dans la cour de l'Élysée, le 6 mai 2019. Ludovic Marin, AFP

Emmanuel Macron a annoncé, lundi, une série d'actions en faveur de la biodiversité après le rapport alarmant des experts de l'ONU. Le chef de l'État appelle aussi à "un changement profond" des modes de production.

PUBLICITÉ

Gaspillage alimentaire, aires de protection, produits phytosanitaires… Emmanuel Macron a annoncé, lundi 6 mai, de futures mesures pour préserver la biodiversité, alors qu'un rapport alarmant de l’ONU était publié sur le sujet le même jour. "Ce qui est en jeu, c’est la possibilité même d’avoir une terre habitable, l’émergence de nouvelles inégalités qui seront dues aux menaces qui pèsent sur notre biodiversité, l’émergence de nouveaux déséquilibres mondiaux", a-t-il dit, à l'Élysée.

Emmanuel Macron s'était auparavant entretenu avec des experts de l'IPBES (plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques), dont le rapport publié lundi établit que jusqu'à un million d'espèces animales et végétales sont menacées d'extinction. "Ce rapport nous dit de manière claire que la biodiversité est un sujet aussi important que le changement climatique et que nous ne pouvons gagner cette bataille qu’en mettant ces deux objectifs ensemble", a ajouté le chef de l'État.

Responsabiliser les consommateurs

Parmi les mesures annoncées, figurent un accroissement des aires de protection, un frein à l'artificialisation des sols et la modification de dispositifs fiscaux et budgétaires. Des mesures contre le gaspillage alimentaire seront prises, en responsabilisant davantage les consommateurs, les restaurateurs et les distributeurs, l'artificialisation des sols sera freinée et des terrains seront réhabilités, a-t-il dit.

Le président français a également confirmé sa volonté de pousser les Européens à accroître leurs efforts, notamment en réorientant des financements dans le cadre de la prochaine PAC (Politique agricole commune), et d'œuvrer au-delà de l'Europe, en particulier au G7, actuellement présidé par la France.

Transformer les modèles de production

Pour contribuer à cette lutte, les dispositifs fiscaux et budgétaires français seront examinés car "nous avons, sur le plan économique, industriel, agricole, énormément d'aides qui ne sont pas toujours en conformité", a-t-il déclaré.

Il faut accélérer la transformation des modèles de production, a ajouté Emmanuel Macron, soulignant son objectif de réduire de 50 % le recours aux produits phytosanitaires d'ici 2025.

Sans trancher définitivement le sort de la Montagne d'or, un projet controversé de mine en Guyane, il a déclaré qu'"à l'heure actuelle, ce que je sais du projet n'est pas compatible avec l'ambition que je viens de fixer".

"Je suis en colère"

À trois semaines des élections européennes du 26 mai, lors desquelles l'écologie sera un thème important, plusieurs candidats ont réagi à ces annonces.

"Je suis en colère", a déclaré Yannick Jadot, tête de liste Europe Écologie-Les Verts, sur BFMTV. "Nos conditions de vie sont mises en cause et on a un président de la République qui vient faire un big bang de mots. C'est toujours pareil : des paroles, des paroles, des paroles. Il nous fait des promesses mais rien de concret", a ajouté l'eurodéputé.

"Dégainer une batterie de mesures c'est bien, si ce n'est pas pour rompre avec le libéralisme qu'il met en œuvre tous les jours, cela ne servira à rien", a pour sa part réagi Benoît Hamon, à la tête de la liste Génération.s, sur Twitter.

Avec Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.