Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Afrique du sud, une jeunesse désenchantée?"

France 24

A la Une la presse, ce mercredi 8 mai, la libération de deux journalistes birmans, emprisonnés depuis plus de 500 jours pour avoir enquêté sur la mort de membres de la communauté rohingya. Les élections en Afrique du sud, l’invalidation des municipales d’Istanbul en Turquie. L’anniversaire de l’attentat de 2002 à Karachi. Et l’exploit de Liverpool face au Barça, hier soir.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook…

A la Une de la presse, la libération, hier, en Birmanie, de deux journalistes emprisonnés depuis plus de 500 jours, pour avoir enquêté sur la mort de dix membres de la communauté rohingya, la minorité musulmane.

«Freedom», «liberté»: un mot, un seul, à la une du Myanmar Times, ce matin, avec la photo de Wa Lone et Kyaw Soe Oo à leur sortie de prison. D’après le quotidien birman, auquel tous deux avaient d’ailleurs collaboré, avant de rejoindre Reuters, les deux hommes ont finalement été graciés par le président U Win Myint, ainsi que 6000 autres prisonniers, au nom de «l’intérêt national sur le long terme». L’arrestation des deux reporters en décembre 2017 avait provoqué un tollé international, de nombreux défenseurs des droits de l’Homme demandant notamment à la Prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi d’intervenir en leur faveur, ce que celle-ci avait refusé au nom de «l’indépendance de la justice».

A la Une également, les élections générales, aujourd’hui, en Afrique du Sud. «Afrique du sud, c’est l’heure!»: The Citizen bat le rappel. «Aujourd’hui est le premier jour du reste de la vie politique sud-africaine. Votre vote est une chance pour transformer ce pays en ce que vous voulez qu’il soit». L’invitation lancée par le journal à ses lecteurs est d’autant plus pressante que neuf millions de Sud-africains – dont beaucoup de jeunes – ne se sont même pas inscrits sur les listes électorales. Pourquoi ce désintérêt? Serait-ce parce que les Sud-Africains ne croient plus en la transformation d’un pays où la moitié des jeunes sont sans emploi? Ou parce que ce scrutin semble joué d’avance? Le journal Beeld fait état d’un sondage indiquant que l’ANC de Cyril Ramaphosa pourrait décrocher jusqu’à 65% des voix. 25 ans après la fin de l’apartheid, et malgré sa victoire annoncée, le parti fondé par Nelson Mandela a perdu son aura, d’après le journal suédois Dagens Nyheter – qui présente la jeunesse d’Afrique du sud comme «le parti le plus fort» de ces élections.

En Turquie, l’annulation, lundi, des municipales à Istanbul provoque la colère des opposants au président Recep Tayip Erdogan. L’invalidation du scrutin de mars dernier, remporté par l’opposant Ekrem Imamoglu déclenche «la colère» de ses partisans, selon le journal saoudien Arab News. The Financial Times fait état du «tollé» provoqué par l’Autorité électorale turque, dont la décision est présentée comme le résultat des pressions exercées par le chef de l’Etat. Recep Tayip Erdogan est accusé de se livrer à une «implacable dérive autoritaire» par le quotidien suisse Le Temps, où le dessin de Chapatte montre les juges électoraux tentant de se justifier: «Ces élections ont été libres et démocratiques. Ca fait deux problèmes».

L’actualité en France: le pays commémore en ce 8 mai la fin de la Seconde guerre mondiale, mais pas seulement. Ouest France rappelle que ce 8 mai est aussi la date des attentats de Karachi de 2002 - un attentat à la voiture piégée qui avait tué 14 personnes, dont 11 employés de la Direction des chantiers navals français. 17 ans après, le journal local relaie l’espoir des familles des victimes d’obtenir enfin justice. Un premier procès devrait se tenir en octobre prochain, avec la comparution de responsables de la campagne d’Edouard Balladur en 1995, dont le financement est suspecté d’avoir été à l’origine de l’attentat.

Un mot, également, des déclarations d’Emmanuel Macron, qui s’est exprimé, lundi, sur le projet minier d’extraction d’or en Guyane. D’après le président, qui s’exprimait dans la foulée du rapport de l’ONU sur la biodiversité, le projet dit de la Montagne d’or n’est «pas compatible avec une ambition écologique». D’après France-Guyane, la position définitive du gouvernement est attendue pour la fin de l’année. Le projet va-t-il être enterré? C’est le sentiment de Libération, qui cite le commentaire d’un ex-député de la majorité. Selon Matthieu Orphelin, un proche de l’ex-ministre de l’Environnement Nicolas Hulot, un abandon de la Montagne d’or «serait un très beau signal» pour la défense de la biodiversité. Cette éventualité ne suffit toutefois pas à convaincre celles et ceux qui estiment qu’Emmanuel Macron fait trop peu et trop tard pour l’environnement. Dans le dessin de Willem, pour Libération, le président chute dans un paysage désertique et abîmé: «il est temps de s’occuper de la biodiversité».

On ne se quitte pas là-dessus. Le FC Liverpool a réussi l’impensable face au Barça, en parvenant à remonter son handicap de trois buts du match aller. 4 à 0, hier soir à Anfield, face aux Barcelonais - de quoi inspirer l’un de ses très bons jeux de mots à L’Equipe: «Reds dingues». Et du rouge, il y en a partout, ce matin, à la Une de la presse britannique, accompagné de ce mot: «miracle», «le miracle d’Anfield». Du côté de la presse catalane, évidemment, c’est la soupe à la grimace. «Un échec historique», «malgré les 3 à zéro en match aller, malgré la présence du meilleur joueur du monde (Lionel Messi), malgré la claque infligée par Rome l’année dernière», pleure Marca. Mais comme chacun sait… heureux au jeu… Nos amis barcelonais se consoleront peut-être en lisant The Daily Mail, qui se demande si les Britanniques n’ont pas perdu leur libido. Selon une étude, seulement un Britannique sur deux (et même un peu moins) ferait l’amour au moins une fois par semaine – soit 25% de moins qu’en 2001. La faute à internet, paraît-il.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.