Accéder au contenu principal

L'armée française libère les deux enseignants enlevés au Bénin, deux soldats tués

Un hélicoptère de combat de l'armée française sur une base militaire malienne, le 27 mars 2019.
Un hélicoptère de combat de l'armée française sur une base militaire malienne, le 27 mars 2019. Daphné Benoit, AFP

Les deux enseignants français enlevés le 1er mai au Bénin, ainsi qu'une Américaine et une Sud-Coréenne, ont été libérés par l'armée française, a annoncé vendredi l'Élysée. Deux militaires ont été tués lors de l'opération.

PUBLICITÉ

Une opération menée par l’armée française dans la nuit de jeudi 9 à vendredi 10 mai dans le nord du Burkina Faso a permis de libérer quatre otages, dont les deux enseignants français enlevés au Bénin au début du mois, a annoncé vendredi l’Élysée. Ces derniers vont être rapatriés en France et sont attendus ce week-end à Paris, selon la famille de l’un des otages libérés.

Deux officiers mariniers des forces spéciales françaises, le maître Cédric de Pierrepont et le maître Alain Bertoncello, ont été tués lors des combats contre le groupe qui détenait les otages. Quatre ravisseurs ont également été tués, a annoncé l’état-major français.

Les autorités françaises suivaient l'évolution des ravisseurs depuis plusieurs jours, a déclaré à la presse le général François Lecointre. Celles-ci ont saisi l'opportunité de les frapper en raison du risque "de transfèrement de ces otages à une autre organisation terroriste qui agit au Mali, et qui est la Katiba Macina". Cela aurait rendu "impossible d'organiser une quelconque opération de libération", a-t-il ajouté.

Une "opération audacieuse"

Emmanuel Macron "se félicite de la libération de quatre otages au Sahel, dont nos deux compatriotes, Patrick Picque et Laurent Lassimouillas, enlevés le 1er mai dernier au Bénin", indique la présidence française dans un communiqué. Outre les deux otages français, une citoyenne américaine et une ressortissante sud-coréenne ont également été libérées. Elles étaient otages "depuis vingt-huit jours" et "personne n'avait connaissance de leur présence", ont indiqué les autorités françaises.

"Cette opération audacieuse" a été "rendue possible par la mobilisation des moyens de Barkhane, l'implication des forces burkinabè et le soutien américain en renseignement", précise le chef d'état-major français, le général François Lecointre, dans un autre communiqué.

Deux militaires ont trouvé la mort dans l’opération. "Le maître Cédric de Pierrepont et le maître Alain Bertoncella, tous deux officiers mariniers au sein du commandement des opérations spéciales" a précisé l’Élysée.

"Je salue avec émotion le sacrifice des deux militaires français engagés dans cette opération", a renchéri le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, en adressant également des "pensées aux proches du guide béninois sauvagement assassiné lors de l'enlèvement de nos deux compatriotes".

Emmanuel Macron "s'incline" quant à lui "avec émotion et gravité devant le sacrifice de nos deux militaires, qui ont donné leur vie pour sauver celles de nos concitoyens" et "adresse ses sincères condoléances à leurs familles".

"C'est avec émotion et tristesse que j'adresse mes pensées aux familles des deux militaires décédés, à leurs proches, à leurs frères d'armes et à l'ensemble des commandos marine", a réagi la ministre française des Armées, Florence Parly, dans un autre communiqué.

Selon la famille de Patrick Pique, les deux otages doivent arriver samedi ou dimanche à Paris. "C'est une bonne nouvelle" a déclaré Jean-Claude Picque, le père de Patrick. "On va monter à Paris les accueillir à l'avion. On y sera".

Le président burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, a salué sur Twitter la libération, dans son pays, des quatre otages par les forces spéciales françaises, au cours d’une "intervention militaire conjointe".

Une zone déconseillée par le Quai d'Orsay

Les deux touristes français avaient été enlevés le 1er mai au Bénin, dans le parc de la Pendjari situé à la frontière avec le Burkina Faso et le Niger, deux pays où des groupes armés, notamment jihadistes, sont de plus en plus actifs. Le corps de leur guide avait été retrouvé samedi dernier.

Selon des experts et des sources sécuritaires, le nord des pays côtiers de l'Afrique de l'Ouest, comme le Togo et le Bénin, est devenu vulnérable ces derniers mois face à la stratégie d'expansion et de multiplication des fronts adoptée par les groupes armés.

Le Bénin était considéré comme un îlot de stabilité en Afrique de l'Ouest, une région où opèrent de nombreux groupes jihadistes liés à Al-Qaïda et à l'organisation État islamique. Mais les parcs sont des zones très difficiles à surveiller, malgré un renforcement des équipes, entraînées militairement depuis qu'African Park a repris la gestion de la Pendjari.

Lors de "cette opération audacieuse" quatre des ravisseurs ont également été tués. Une opération "rendue possible par la mobilisation des moyens de Barkhane, l’implication des forces burkinabè et le soutien américain en renseignement", précise le chef d’état-major français, le général François Lecointre.

Depuis 2014, la France a déployé quelque 4 500 hommes au Sahel dans le cadre de l'opération Barkhane qui vise à lutter contre les groupes jihadistes opérant dans la région et au Sahara.

Kidnappée le 24 décembre 2016, la Française Sophie Pétronin, est toujours retenue en otage au Mali.

La zone a récemment été placée comme "formellement déconseillée" par le Quai d'Orsay, "compte tenu de la présence de groupes armés terroristes et du risque d'enlèvement".

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.