Accéder au contenu principal

Attaque d'hommes armés dans un hôtel de luxe dans le sud-ouest du Pakistan

Vue générale du port de Gwadar, au Pakistan, le 4 octobre 2017
Vue générale du port de Gwadar, au Pakistan, le 4 octobre 2017 Drazen Jorgic, REUTERS

Plusieurs hommes armés ont attaqué un hôtel de luxe dans la ville portuaire de Gwadar, faisant au moins un mort. L'attaque a été revendiquée par le Front de libération du Baloutchistan, province la plus pauvre et la plus instable du pays.

Publicité

Un hôtel de luxe a été pris d’assaut par des hommes armés, samedi 11 mai, dans la ville portuaire de Gwadar, dans le sud-ouest du Pakistan, tuant un homme. Quatre assaillants ont été tués. Le Front de libération du Baloutchistan, groupe indépendantiste basé dans la région, a revendiqué l'attaque via un communiqué.

"Les forces de sécurité ont repris complètement le contrôle du bâtiment", a déclaré à l'AFP un policier de Gwadar, ce qu'a confirmé une source sécuritaire à Islamabad.

"Jusqu'à quatre hommes armés sont entrés dans l'hôtel Pearl continental et ont ouvert le feu", a, en outre, déclaré le ministre de l'Intérieur de cette province Ziaullah Langu, avant de préciser que la "majorité" des clients ont été évacués et que les forces de sécurité traquaient les assaillants. "On nous a toutefois signalé que quelques personnes avaient été légèrement blessées."

Selon Mohammad Aslam, policier de Gwadar, "il n'y avait pas de clients chinois ou pakistanais dans l'hôtel" mais seulement du personnel. Celui-ci a dit entendre des coups de feu de son bureau, tandis que l'opération des forces de l'ordre touche selon lui à sa fin.

L’attaque, survenue trois semaines après qu'un groupe de séparatistes baloutches a abattu 14 passagers de différents cars dans la région, a été revendiquée par l’Armée de libération du Baloutchistan (ALB).

Symbole

Le groupe séparatiste a revendiqué sur Twitter cette attaque contre ce site symbolique. Unique hôtel de luxe de Gwadar, celui-ci surplombe le port en eaux profondes creusé par la Chine, vaisseau amiral du Corridor économique Chine-Pakistan (CPEC), dans lequel la Chine a investi des dizaines de milliards d'euros pour relier sa province occidentale du Xinjiang au port de Gwadar.

Autoroutes, centrales électriques, hôpitaux… De nombreuses infrastructures doivent être construites dans ce cadre. Le CPEC donnera aux produits chinois un accès direct à la mer d'Arabie.

Toutefois, le projet représente un défi sécuritaire colossal pour le Pakistan, où des groupes armés sévissent dans plusieurs provinces qu’il traverse, particulièrement le Baloutchistan.

Situé à la frontière de l'Afghanistan et de l'Iran, le Baloutchistan est la plus pauvre des quatre provinces pakistanaises, malgré des gisements d'hydrocarbures et de minéraux.

La région est aussi la plus instable. Ces dernières années, une insurrection séparatiste et des violences islamistes y ont fait des centaines de morts.

En novembre dernier, quatre personnes avaient été tuées dans l'attaque du consulat de Chine à Karachi par des hommes armés. Un assaut qui avait été revendiqué par des séparatistes baloutches.

Avec Reuters et AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.