Accéder au contenu principal

Le maire de New York Bill de Blasio se lance dans la course à la présidentielle

Le maire démocrate de New York, Bill de Blasio, lors de sa manifestation dans la Trump Tower, le 13 mai 2019.
Le maire démocrate de New York, Bill de Blasio, lors de sa manifestation dans la Trump Tower, le 13 mai 2019. AFP

C'est dans une vidéo, publiée jeudi sur YouTube, que le maire démocrate de New York, Bill de Blasio, a annoncé sa candidature à la présidentielle américaine de 2020. Il se dit "prêt à défier" un autre New-Yorkais, Donald Trump.

Publicité

Bill de Blasio vient s'ajouter à une liste de plus de 20 candidats déjà en lice pour l'investiture démocrate. C’est sur YouTube que le maire de New York a officiellement annoncé, jeudi 16 mai, sa candidature à la présidentielle américaine de 2020.

L'édile démocrate, vantant les politiques qu'il a instaurées dans la première ville américaine au profit des "familles qui travaillent" depuis 2014, se dit "prêt à défier" Donald Trump, un autre New-Yorkais.

Les sondages jusqu'ici lui sont très défavorables. Le dernier, début avril, indiquait que 76 % de ses administrés ne voulaient pas le voir se présenter. Les médias new-yorkais, très critiques à son égard, ont tout fait pour le dissuader de se présenter, en vain.

"Il y a beaucoup d'argent dans ce pays, il est juste entre les mauvaises mains"

Élu en 2013 à la tête de New York sur la promesse de réduire les inégalités, après douze ans de gestion par le milliardaire Michael Bloomberg, il fait partie des candidats proches des positions très à gauche de Bernie Sanders.

"Il y a beaucoup d'argent dans le monde, il y a beaucoup d'argent dans ce pays, il est juste entre les mauvaises mains", affirme-t-il notamment dans la vidéo.

Pour s’imposer comme le rival de Donald Trump, il a organisé lundi une petite manifestation à l'intérieur même de la Trump tower, le gratte-ciel emblématique du magnat new-yorkais sur la 5e Avenue à Manhattan. Bill de Blasio a investi l'intérieur du bâtiment avec plusieurs dizaines de sympathisants, pour dénoncer le bilan carbone de ce gratte-ciel de 58 étages, parmi les plus polluants de la capitale financière américaine.

Trois semaines après l'adoption d'une loi obligeant les bâtiments de plus de 2 300 m2 à réduire leurs émissions de 40 % d'ici 2030, il entend se poser en leader de la lutte tant contre le réchauffement climatique que contre Donald Trump.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.