Accéder au contenu principal

Des images inédites du ghetto de Varsovie présentées en Pologne

Ces images ont été tournées en 1941 par un cinéaste amateur.
Ces images ont été tournées en 1941 par un cinéaste amateur. Capture France 24

Un documentaire a été réalisé sur le ghetto de Varsovie à partir d'images d'archives de 1941 tournées par un cinéaste amateur. Jusqu'à ce jour, les seules images connues du ghetto de Varsovie provenaient de la propagande du IIIe Reich.

Publicité

Ce sont des images inédites du ghetto de Varsovie, en Pologne. Eric Bednarski, un réalisateur polono-canadien a construit un documentaire intitulé "Varsovie, une ville divisée" autour de 10 minutes d’archives en noir et blanc. Elles ont été tournées en 1941 par un cinéaste amateur.

Alfons Ziolkowski, un homme d’affaires, avait obtenu un laisser-passer et en avait profité pour filmer le quotidien de milliers de juifs prisonniers du ghetto. Ces images, qui dormaient dans les cartons de la famille du cinéaste, avaient été tournées à l’insu des nazis.

"C'était très risqué"

Un an après l'invasion de la Pologne en septembre 1939, les Allemands créent dans la capitale polonaise un quartier spécial pour les juifs. Ils y enferment quelque 480 000 personnes pour les exterminer par la faim et les maladies et en déporter 300 000 vers les chambres à gaz du camp de Treblinka, à 80 kilomètres à l'est de Varsovie.

"Visiblement il a dû filmer par moments depuis sa voiture, mais c'était très risqué. Il était donc limité dans le sens où il pouvait aller uniquement dans des endroits où il ne se sentait pas trop en danger. Il ne pouvait pas poser sa caméra n'importe où”, décrit le réalisateur Éric Bednarski, qui a récupéré ces pellicules il y a quinze ans.

Jusqu'à ce jour et ce documentaire, les seules images connues du ghetto de Varsovie provenaient de la propagande du IIIe Reich. Pour le réalisateur, c'est toute la force de son film.

"Les films de nazis qu'on connait ont été tournés par des professionnels. Alors que pour ce film, ces images sont complètement différentes. Et elles ont été tournées par quelqu'un qui était simplement plus objectif.", explique-t-il.

Éric Bednarski n'a jamais rencontré le cinéaste amateur. Il a pu en revanche projeter son film au musée juif Polin de Varsovie en présence de quelques survivants du ghetto de Varsovie.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.