Accéder au contenu principal

Corruption et dopage: vers un procès pour Lamine Diack, ex-patron de l'athlétisme mondial

Papa Massata Diack, le fils de l'ex-patron de l'IAAF Lamine, ici à Dakar le 6 mars 2017, est toujours dans le collimateur de l'athlétisme mondial
Papa Massata Diack, le fils de l'ex-patron de l'IAAF Lamine, ici à Dakar le 6 mars 2017, est toujours dans le collimateur de l'athlétisme mondial AFP/Archives
Publicité

Paris (AFP)

La menace d'un procès se précise pour Lamine Diack : le parquet national financier (PNF) réclame le renvoi au tribunal de l'ex-patron de l'athlétisme mondial et de son fils Papa Massata Diack, considérés par la justice comme les acteurs clés d'un système de corruption pour couvrir des cas de dopage en Russie.

Près de quatre ans après le début des investigations, le PNF veut que le Sénégalais de 85 ans, président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) de 1999 à 2015, soit jugé à Paris notamment pour "corruption active et passive" et "blanchiment en bande organisée", selon le réquisitoire signé le 16 mai et dont a eu connaissance l'AFP.

Si le juge d'instruction Renaud van Ruymbeke suit ces réquisitions, il renverrait aussi cinq autres protagonistes sur le banc des prévenus.

Parmi eux, le fils de Lamine Diack et "homme de confiance", Papa Massata Diack, aussi surnommé PMD: ex-puissant conseiller marketing à l'IAAF, il est soupçonné de "s'être rapproché des autorités sportives russes (...) pour négocier contre paiement la protection" d'athlètes ciblés pour dopage.

Ce personnage, au croisement d'enquêtes pour corruption au sommet du sport mondial, clame son innocence depuis Dakar où il est installé. Mais il n'a jamais pu être entendu par la justice française malgré un mandat d'arrêt. Le PNF demande qu'il soit jugé pour "blanchiment en bande organisée", "corruption active" et "complicité de corruption passive".

Cette enquête aux ramifications internationales a "démontré la réalité" d'un pacte de corruption sur fond de dopage institutionnel en Russie: "Sous la direction de son président et forte de plusieurs années de malversations, l'IAAF a réussi à concilier corruption et encouragement du dopage", souligne le parquet dans son réquisitoire de 48 pages.

Au moment où les services antidopage de l'IAAF se montraient particulièrement indulgents envers des coureurs et marcheurs russes, Lamine Diack avait affirmé avoir obtenu des financements russes pour des campagnes politiques au Sénégal contre le président alors en place, Abdoulaye Wade (2000-2012).

- "Inaction" -

Fin 2011, de futurs médaillés aux JO de Londres figuraient sur une liste de 23 athlètes suspects, comme Sergey Kirdyapkin (50 km marche) et Olga Kaniskina (20 km marche), dont les titres olympiques leur seront retirés pour dopage. Ou la marathonienne Lilya Shobukhova, dont un rapport d'expert soulignait l'"usage massif" d'EPO.

Shobukhova avait reconnu avoir dû payer 450.000 euros pour éviter des sanctions. Finalement suspendue en 2014, elle avait demandé d'être remboursée et 300.000 euros lui étaient revenus, virés depuis le compte d'une "coquille vide" nichée à Singapour, Black Tidings, liée à Papa Massata Diack.

Le pacte aurait aussi facilité des négociations avec des sponsors et diffuseurs russes, avant les Mondiaux d'athlétisme à Moscou en 2013.

"Avec Valentin Balakhnichev (ancien patron de l'athlétisme russe, l'ARAF, ndlr), nous avons conclu un compromis (...) il fallait différer la suspension des athlètes pour obtenir le contrat" de sponsoring avec la banque russe VTB, avait expliqué Lamine Diack au juge Van Ruymbeke.

Deux de ses anciens proches, son conseiller Habib Cissé et l'ancien chef antidopage de l'IAAF, Gabriel Dollé, sont visés par le PNF pour "corruption passive".

Le parquet demande enfin un procès contre Valentin Balakhnichev et Alexeï Melnikov, ex-entraîneur en chef des courses de fond à l'ARAF. Tous deux sont sous le coup de mandats d'arrêt, le premier pour corruption passive et active, et blanchiment aggravé; le second pour corruption passive.

Au final, "en raison de l'inaction conjuguée de l'ARAF et de l'IAAF", 6 athlètes soupçonnés de dopage, dont Lilya Shobukhova, avaient pu participer aux JO-2012 de Londres, écrit le procureur.

L'ancien patriarche de l'athlétisme mondial est aussi visé pour des faits présumés d'"abus de confiance", pour avoir permis, "du fait de ses fonctions", à son fils "de s'approprier des recettes de l'IAAF provenant de sponsors".

La justice française, compétente parce que des fonds ont pu être blanchis sur son territoire, avait été saisie par l'agence mondiale antidopage (AMA) en 2015.

L'année suivante, une enquête commandée par l'AMA concluait à un "système de dopage d'Etat" en Russie.

Ce scandale, qui a sévi entre 2011 et 2015, a eu de lourdes conséquences pour la Russie, rayée des pistes olympiques de Rio en 2016 et des Mondiaux d'athlétisme de Londres de 2017. Si certaines sanctions ont été levées, le pays reste privé de compétitions par l'IAAF depuis novembre 2015.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.