Accéder au contenu principal

Tensions dans le Golfe : des missiles de rebelles yéménites tirés en direction de La Mecque

Des militants houthis en patrouille en décembre 2018 près de Hodeïda au Yémen.
Des militants houthis en patrouille en décembre 2018 près de Hodeïda au Yémen. Abduljabbar Zeyad, AFP

Selon des informations rapportées mardi par des médias saoudiens, deux missiles balistiques yéménites tirés en direction de La Mecque ont été interceptés, marquant une nouvelle étape dans l’escalade des tensions entre les pays du Golfe.

PUBLICITÉ

Tensions dans le Golfe. Deux missiles balistiques yéménites, tirés en direction de La Mecque en Arabie Saoudite, ont été interceptés. C’est ce qu’ont rapporté, mardi 21 mai, des médias saoudiens, alors que la tension est au plus haut dans la région.

Selon le colonel Turki al-Maliki, porte-parole de la coalition antirebelles menée par l’Arabie Saoudite au Yémen, la défense anti-aérienne saoudienne a intercepté et "neutralisé" des "projectiles", lundi soir, au-dessus des régions de Jeddah et Taëf (ouest du royaume), sans préciser ni leur nature, ni leur origine.

C’est le quotidien Asharq al-Awsat et la chaîne de télévision Al-Arabiya qui ont affirmé qu'il s'agissait de missiles balistiques tirés par les Houthis en direction de la ville sainte de La Mecque, proche de Jeddah.

Lundi, l'ambassade d'Arabie saoudite à Washington avait déjà annoncé dans un communiqué que la défense aérienne saoudienne avait intercepté deux missiles de fabrication iranienne tirés par les rebelles yéménites houthis dans la
province de La Mecque.

Les Houthis ont démenti

Mardi, Asharq al-Awsat titrait sur l’événement. Désignant les Houthis, rebelles soutenus par l'Iran, le quotidien écrivait que ceux-ci avaient "tenté d'atteindre La Mecque avec deux missiles", affirmant qu’il s’agissait de la troisième tentative des insurgés yéménites de viser la ville sainte depuis le début de l'intervention saoudienne au Yémen au côté du pouvoir, en mars 2015.

Un tweet du ministre de l'Information du gouvernement yéménite, Mouammar al-Iryani, soutenu par Riyad, accuse les Houthis d'avoir tiré ces missiles sur "ordre de l'Iran". Celui-ci affirme que "les milices des Houthis ont visé La Mecque", en dénonçant "un crime terroriste".

Les Houthis ont démenti, par la voix d'un porte-parole officiel, avoir pris pour cible "les lieux saints" musulmans en Arabie saoudite. Yahia Sarea a déclaré sur Facebook : "Le régime saoudien essaie, par ces allégations, de trouver des soutiens en faveur de sa brutale agression contre notre grand peuple yéménite".

Sommets extraordinaires

Les tensions dans le Golfe ne cessent de grimper sur le dossier iranien. Dimanche 19 mai, l'Arabie saoudite, grand rival régional de l'Iran, a invité les dirigeants du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et de la Ligue arabe à se réunir pour des sommets extraordinaires prévus à la fin du mois de mai à La Mecque.

Dans une autre déclaration, le colonel Turki al-Maliki a indiqué que les Houthis avaient attaqué une "installation civile" de la province saoudienne méridionale de Najrane avec un drone chargé d'explosifs, sans faire état de victimes.

La télévision Al-Masirah des Houthis a confirmé une attaque de drones qui a mis le feu à un dépôt d'armes à l'aéroport de Najrane.

Les Houthis ont, eux, revendiqué une attaque de drones qui a endommagé, mercredi 14 mai, un oléoduc en Arabie saoudite, deux jours après un mystérieux sabotage de quatre navires, dont deux pétroliers saoudiens, à l'entrée du Golfe.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.