Accéder au contenu principal

Heurts en Indonésie après l'annonce de la réélection du président Widodo

Un Indonésien arrêté par des policiers à Jakarta, le 22 mai.
Un Indonésien arrêté par des policiers à Jakarta, le 22 mai. Reuters, Antara Foto

La proclamation officielle, mardi, de la victoire à l'élection présidentielle indonésienne du président sortant Widodo a déclenché des scènes de chaos à Jakarta.

Publicité

Au moins six personnes ont été tuées et 200 autres blessées lors de heurts à Jakarta après l'annonce de la réélection du président sortant Joko Widodo, a déclaré mercredi 22 mai le gouverneur de la capitale indonésienne, tandis que la police a annoncé avoir procédé à une vingtaine d'arrestations.

Le candidat de l'opposition, Prabowo Subianto, a dit mardi qu'il rejetait le résultat du scrutin du 17 avril après la proclamation de la victoire de Joko Widodo par la commission électorale.

Environ un millier de partisans de Subianto s'étaient rassemblés dans la capitale pour afficher leur mécontentement. Les manifestations, d'abord pacifiques, ont pris un tour violent dans la soirée et les forces de l'ordre ont procédé à des tirs de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants.

Six décès ont été rapportés, a déclaré le gouverneur de Jakarta, précisant que des examens médicaux étaient en cours pour déterminer la cause des décès. Deux cents blessés ont été transportés à l'hôpital, a ajouté Anies Baswedan dans un entretien à la chaîne TVOne.

Un journaliste de Reuters a rapporté qu'un groupe de manifestants, réunis devant le siège de la commission électorale, avaient lancé des pierres contre les forces de l'ordre.

D'après les médias locaux, des véhicules stationnés près d'un bâtiment dans lequel se trouvait une brigade mobile de la police ont été incendiés. Le porte-parole de la police a indiqué qu'au moins 20 personnes accusées d'avoir causé des troubles et commis d'"autres crimes" ont été arrêtées.

Les forces de sécurité présentes sur le terrain, parmi lesquels des membres de l'armée, n'étaient pas équipées d'armes à balles réelles, a ajouté Dedi Prasetyo.

Avec Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.