Accéder au contenu principal

Le Mondial-2022 au Qatar se jouera bien à 32 équipes

Le président de la Fifa, Gianni Infantino, lors d'une conférence de presse à Doha, au Qatar, le 13 décembre 2018.
Le président de la Fifa, Gianni Infantino, lors d'une conférence de presse à Doha, au Qatar, le 13 décembre 2018. Karim Jaafar, AFP

La Fifa, qui envisageait de faire passer de 32 à 48 équipes le format de la Coupe du monde 2022 au Qatar, en organisant des rencontres dans au moins un pays voisin, a annoncé mercredi qu'elle renonçait à son projet.

Publicité

Il y aura bien 32 équipes qui se disputeront le trophée lors du Mondial-2022 organisé au Qatar, a annoncé la Fifa, mercredi 22 mai. L'instance du football international avait présenté en mai une étude de faisabilité, et le passage de 32 à 48 équipes dès 2022 était à l'ordre du jour de son prochain congrès, en juin, à Paris. Mais elle a finalement indiqué que "dans les circonstances actuelles, une telle proposition ne pouvait être mise en œuvre".

Ce changement de format n'interviendra donc qu'à partir de l'édition 2026, qui sera disputé dans trois pays (États-Unis, Canada et Mexique).

Selon l'étude de faisabilité, une Coupe du monde au Qatar avec 48 équipes au lieu de 32 générerait "entre 300 et 400 millions de dollars de revenus supplémentaires".

Mais pour passer de 64 rencontres (dans un format à 32 équipes) à 80, des matches devront être disputés en dehors du Qatar, dans un pays voisin. "Cinq pays peuvent se manifester : le Bahreïn, le Koweït, l'Arabie saoudite, Oman et les Émirats arabes unis", avait alors précisé la Fifa. Mais la situation géopolitique dans la région ne joue pas en faveur du Qatar, qui subit un blocus de certains de ses voisins.

Cette annonce sonne comme un échec pour le président de la Fifa, Gianni Infantino, qui s'était démené un peu partout dans le monde pour défendre son projet, avec apparemment l'appui de l'Arabie saoudite. L'Italo-Suisse poursuit dans le même temps son projet de Coupe du monde des clubs à 24 équipes dès 2021, que ne soutient toutefois pas l'UEFA.

À la tête de la Fifa depuis février 2016 où il a succédé à Sepp Blatter contraint à la démission en raison d'un vaste scandale de corruption, Gianni Infantino, unique candidat, est assuré d'être élu pour un nouveau mandat le 5 juin, lors du congrès de la Fifa à Paris.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.