Accéder au contenu principal
Dans la presse

"En Arabie saoudite, l'exécution programmée de trois théologiens réformateurs"

France 24

Dans la presse, ce mercredi 22 mai, l’exécution programmée de trois théologiens réformateurs éminents en Arabie Saoudite. L’indignation d’une partie de l’opinion après la décision de la justice de faire reprendre les soins sur Vincent Lambert en France. L’émergence d’un «axe du mâle» en Europe. Et six heureux événements (d’un coup).

PUBLICITÉ

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook…

Dans la presse, ce matin, l’exécution programmée de trois théologiens réformateurs de premier plan, après le ramadan, en Arabie Saoudite.

D’après Middle East Eye, qui cite un proche et des sources gouvernementales, ces trois théologiens sunnites saoudiens, emprisonnés pour des faits présumés de «terrorisme», seront condamnés à mort et exécutés peu de temps après la fin du ramadan, prévue pour le 5 ou 6 juin. Selon le site britannique, le plus renommé d'entre eux serait cheikh Salman al-Odah, un érudit connu pour ses vues relativement progressistes sur la charia et l’homosexualité et qui a été arrêté en septembre 2017, peu de temps après avoir posté sur Twitter une prière pour la réconciliation entre l'Arabie saoudite et son voisin du Golfe, le Qatar - trois mois après la mise en place du blocus imposé par Riyad à l'émirat.

Le Qatar, dont il est aussi question en France, où le directeur général du groupe qatari BeIN a été mis en examen pour «corruption active». Le Monde rapporte que Yousef Al-Obaidly, un proche du président du PSG, Nasser Al-Khelaïfi, est soupçonné d’avoir participé à la négociation de pots-de-vin, en vue de l’obtention par le Qatar de l’organisation des Mondiaux d’athlétisme. Une affaire qui lui a valu une mise en examen le 28 mars dernier – un jour avant la mise en examen d’une autre personnalité de premier plan, mis en cause également pour «corruption active»: le Sénégalais Lamine Diack, l’ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme et ex-membre influent du Comité international olympique est soupçonné quant à lui d’avoir favorisé la candidature des Qataris, en utilisant ses fonctions de président de la fédération internationale d’athlétisme, en échange d’argent versé à la société de l’un de ses fils.

En France, toujours, la décision, lundi, de la justice française d’ordonner finalement la reprise des soins sur Vincent Lambert, un patient en état végétatif depuis dix ans, provoque l’indignation d’une partie de l’opinion. Ce coup de théâtre judiciaire, intervenu quelques heures seulement après que la justice avait ordonné l’arrêt des traitements, constitue un nouveau rebondissement de six ans de bataille judiciaire et de déchirements. Alors que les parents de Vincent Lambert et leurs soutiens se sont félicité de la nouvelle, une autre partie de sa famille a dénoncé «un acte de sadisme pur», au nom d’une vision intégriste de la religion catholique. La Dépêche du Midi, elle, s’interroge: la justice vient-elle de «condamner» Vincent Lambert à vivre? Un autre journal local, La Marseillaise, a tranché: Vincent Lambert est «l’otage du débat sur la fin de vie» - un débat que la France a été incapable de trancher jusqu’à présent. Même son de cloche du côté de L’Humanité – qui évoque «le supplice» de cet homme de 42 ans, victime d’un «feuilleton macabre», d’une «croisade religieuse et judiciaire».

Dans la presse française, également, les inquiétudes de Libération, qui accuse les partis d’extrême-droite européens de multiplier les attaques contre les femmes. «De l’Italie à la Hongrie, de l’Espagne à la Pologne, les partis ultraconservateurs européens multiplient les coups de boutoir contre la condition féminine – notamment contre l’avortement, mère de toutes les batailles», s’inquiète Libération, qui explique que les mesures de défense de la famille traditionnelle se veulent aussi, justement, une réponse à la question migratoire - comme lorsqu’en France, par exemple, les responsables d’extrême-droite jouent avec les peurs de la «submersion migratoire» ou du «grand remplacement», cette théorie des identitaires sur la substitution supposée des Français dits «de souche», par les immigrés extra-européens

On ne se quitte pas là-dessus. Le Huffington Post fait état d’un événement rarissime, qui n’arrive qu’une fois sur 4,7 milliards d’accouchements: la naissance, lundi, en Pologne, de sextuplés. Six heureux événements à la fois, quatre filles et deux garçons, auxquels a donné naissance une jeune femme de 29 ans, déjà mère d’un enfant. Tout le monde se porte bien, paraît-il, mais on lui souhaite bien du courage. On lui recommande aussi de bien compter ses petits, et de n’en oublier aucun en rentrant de la maternité - une mésaventure arrivée à un couple d’Allemands, qui ont oublié leur bébé dans le taxi en revenant de l’hôpital. Se rendant compte de la boulette, les parents étourdis ont couru en vain derrière la voiture, dont le chauffeur est parti déjeuner sans se douter de rien, jusqu’à ce qu’il prenne en charge un autre client dans un aéroport, et se rende compte de la présence de son mini-passager. Vous l’aurez deviné, tout est bien qui finit bien, et le bébé a finalement retrouvé les bras de ses parents, qui ont expliqué leur oubli par le fait que leur autre enfant, âgé d’un an, avait monopolisé leur attention. Lu également sur le Huffington Post.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.