Accéder au contenu principal

Élections européennes : le vote des Irlandais dans l’ombre du Brexit

Un électeur en train de quitter son bureau de vote de l'école nationale Drumcondra, à Dublin, le 24 mai 2019.
Un électeur en train de quitter son bureau de vote de l'école nationale Drumcondra, à Dublin, le 24 mai 2019. Paul Faith, AFP

Les Irlandais élisent vendredi leurs députés au Parlement européen. Inquiets des conséquences du Brexit, les principaux partis politiques se sont mobilisés pour renforcer la place de leur pays dans le projet européen.

Publicité

Les Irlandais élisent vendredi 24 mai leurs députés au Parlement européen lors d’un scrutin sous le signe du Brexit. Des sondages de sortie des urnes commandés par la télévision publique RTÉ sont attendus à 22 h (heure locale), mais les résultats officiels ne seront connus que lundi.

L’Irlande s’inquiète des conséquences économiques du divorce entre Bruxelles et Londres, son plus proche partenaire commercial. Et la démission, annoncée vendredi matin, de la Première ministre britannique Theresa May – qui a échoué à trois reprises à faire adopter son accord de sortie du Royaume-Uni de l’UE – renforce davantage les incertitudes.

Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar a dit craindre que la démission de Theresa May n'ouvre une phase "très dangereuse" pour l'Irlande. Un Brexit dur, c’est-à-dire sans accord, entraînerait le retour d’une frontière physique entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord. Ce qui mettrait en péril les échanges commerciaux entre les deux territoires qui s’élèvent à plusieurs millions d’euros par an.

Des mouvements nationalistes en tête des sondages

Or, au Royaume-Uni, c'est le Parti du Brexit du sulfureux Nigel Farage, partisan d'une rupture sans concession avec Bruxelles, qui caracolait en tête des sondages avant le scrutin, porté par la lassitude et la frustration des électeurs devant les atermoiements sur le Brexit. Le pays devait quitter le giron de l'UE le 29 mars mais faute d'avoir obtenu le soutien des députés, Theresa May a dû reporter la date du divorce, désormais fixée au 31 octobre au plus tard, et organiser en catastrophe les élections européennes.

Une adhésion à l'UE "mutuellement bénéfique"

En Irlande, les principaux partis politiques irlandais se sont fortement mobilisés pour renforcer la place de leur pays dans le projet européen, une manière d'atténuer les conséquences du Brexit pour l'économie irlandaise. "La montée des anti-Européens (...) fait assez peur dans certaines parties de l'Europe", a confié à l'AFP Fiona Corbette, une Irlandaise à la sortie d'un bureau de vote dublinois. Elle-même jugeait l'adhésion de son pays à l'UE "mutuellement bénéfique".

Actuellement douze au Parlement, les eurodéputés irlandais gagnent lors de ces élections deux nouveaux sièges, récupérés parmi les places censées être laissées vacantes prochainement par les Britanniques. Les Irlandais ne pourront occuper ces deux sièges que lorsque le Royaume-Uni aura effectivement quitté l'UE.

Plus de 400 millions d'électeurs sont appelés à voter dans 28 pays pour élire 751 députés européens. Jeudi, le Royaume-Uni et les Pays-Bas avaient lancé le vote. Samedi, ce sera au tour de la Lettonie, de Malte et de la Slovaquie. Les autres pays de l'UE se prononceront dimanche.

Les résultats officiels seront publiés dimanche soir, après la clôture du scrutin à travers le continent.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.