Accéder au contenu principal

Roland-Garros 2019 : Serena Williams en quête d'un 24e titre majeur à Paris

Serena Williams rêve d'écrire un peu plus l'histoire du tennis.
Serena Williams rêve d'écrire un peu plus l'histoire du tennis. Andreas Solaro, AFP

À la peine sur le plan physique depuis un an et demi, Serena Williams se présente à Roland-Garros avec l'espoir d'enfin effacer le mythique record de 23 grands chelems de Margaret Court. Un défi de taille pour l'Américaine de 37 ans.

PUBLICITÉ

Bien trop souvent trahie par son physique depuis plus d'un an et demi, Serena Williams, 37 ans, toujours en quête d'un 24e titre majeur, n'a disputé qu'un match sur terre battue en un an, et va se présenter à Roland-Garros dans quatre jours sans véritable repère.

Y parviendra-t-elle ? Cette question hante le circuit féminin depuis près de deux ans et demi, depuis que l'ex-numéro 1 mondiale a remporté son 23e Grand Chelem à Melbourne en janvier 2017. Presque inenvisageable il y a quelques années, le record de Margaret Court (23 trophées entre 1959 et 1975) avait atteint le champ des possibles. Assez vite, beaucoup de joueuses, dont Margaret Court elle-même, d'ex-stars du tennis ou de commentateurs avaient estimé que ce n'était désormais plus qu'une question de temps. Une conviction qui perdure.

"Serena Williams battra le record de Margaret", a par exemple récemment pronostiqué la nouvelle coach de Karolina Pliskova (2e mondiale), l'Espagnole Conchita Martinez.

Deux finales perdues depuis

Mais voilà, à 37 ans, c'est justement le temps qui pourrait peut-être manquer à Serena Williams. Car depuis son sacre australien, le compteur est resté bloqué.

Entre-temps, l'Américaine a accouché d'une fille (septembre 2017) et quitté le circuit pendant plus d'un an, pour le retrouver en mars 2018 à Indian Wells. Un come-back timide en Californie suivi quelques semaines plus tard par Roland-Garros, première occasion de battre le fameux record après sa maternité. Un come-back remarqué, notamment en raison de la combinaison tout en noir portée par l'Américaine.

Mais pour son retour sur terre, Serena n'avait pu enchaîner comme elle le souhaitait, contrainte à l'abandon après trois matches, juste avant le choc des reines en huitièmes de finale face à Maria Sharapova, qui ne sera pas là cette fois. Cette étape parisienne écourtée n'avait pourtant pas entamé son ambition.

Car ensuite, elle est parvenue à toucher du doigt son objectif. Mais juste toucher. Elle a en effet calé deux fois en finale de Grand Chelem, une fois à Londres (face à Kerber), une fois à New York (face à Osaka), théâtre d'un psychodrame.

Aux États-Unis, ses nerfs avaient lâché. Ses larmes et sa passe d'armes avec l'arbitre avaient éclipsé un match à sens unique en faveur de Naomi Osaka, la désormais numéro 1 mondiale. Le rêve est passé tout près...

Pas sa meilleure surface

Du coup, à chaque étape du Grand Chelem, l'équation est la même pour la 10e mondiale. Mais à Roland-Garros, un tournoi qu'elle a remporté à trois reprises (2002, 2013, 2015), les données sont toutefois un peu plus complexes. La terre battue, une surface plus exigeante physiquement, n'est pas sa surface préférée en dépit de ses trois couronnes parisiennes. "Pour son jeu, c'est peut-être la surface la moins favorable", a confirmé son entraîneur, Patrick Mouratoglou, à L'Équipe.

Sa première partie de saison n'offre aucune garantie sur sa capacité à tenir le rythme. Neuf matches joués, un seul sur terre, et trois forfaits en cours de tournoi (Rome, Indian Wells, Miami). Touchée à son genou droit, elle n'a pas joué sur le circuit pendant deux mois et demi entre Miami et Rome.

"Ce n'était pas un choix, c'était par la force des choses. Je voulais être sur le circuit et jouer mais ça ne fonctionnait pas...", avait-elle expliqué après son premier match à Rome.

Une période que l'Américaine n'a pas vraiment adoré : "Quand vous êtes sédentaire, ça devient compliqué de se gérer physiquement. En gros, vous devez manger de l'herbe. C'était un cauchemar", a-t-elle raconté.

C'est encore son genou droit qui l'a contrainte à l'abandon à Rome après son premier match sur terre battue cette saison. Beaucoup d'inconnues précèdent son arrivée porte d'Auteuil. "Elle a gagné Roland en 2015 avec 40 °C de fièvre", a rappelé récemment Mouratoglou, histoire de laisser la porte ouverte à une belle surprise.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.