Accéder au contenu principal

Attaque au colis piégé à Lyon : la traque du suspect se poursuit

L'enquête mobilise "90 enquêteurs et 30 techniciens de la police technique et scientifique", a affirmé le procureur de la République de Paris.
L'enquête mobilise "90 enquêteurs et 30 techniciens de la police technique et scientifique", a affirmé le procureur de la République de Paris. Philippe Desmazes, AFP

Les services de police recherchaient toujours, dimanche, l'auteur de l'attaque au colis piégé qui a fait 13 blessés, dont une fillette de 10 ans, vendredi à Lyon. L'ADN retrouvé sur les restes du colis n'ont pas permis d'identifier l'auteur.

Publicité

Ni identification, ni revendication. La police recherche toujours, dimanche 26 mai, l'auteur de l'attaque au colis piégé, qui a fait 13 blessés légers à Lyon, vendredi.

La police a diffusé sur Twitter deux nouveaux clichés du principal suspect de l'attaque, perpétrée devant une boulangerie de la rue Victor-Hugo, artère piétonne commerçante au cœur de la deuxième métropole du pays. Ces photos, de qualité très moyenne, montrent un homme roulant à vélo, portant un sac à dos et une casquette sombres.

"Tous les moyens" sont "mis en œuvre pour parvenir rapidement à l'identification et à l'interpellation de l'auteur des faits", a auparavant annoncé devant la presse à Lyon le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, précisant que l'attaque n'avait pas été revendiquée à ce stade.

Des traces d'ADN et de TATP

Des traces d'ADN ont été retrouvées sur les restes du colis, selon une source proche de l'enquête. Cet ADN n'est pas répertorié au Fichier national des empreintes génétiques (FNAEG), a précisé une source proche du dossier, confirmant une information du journal régional Le Progrès. L'explosif utilisé était du TATP, un explosif artisanal très instable, qui avait notamment été utilisé dans les attentats du 13 novembre 2015 à Paris.

"Un premier appel à témoins a été lancé vendredi soir [...] et les témoignages reçus sont en cours d'exploitation", ils "sont au nombre de plusieurs dizaines", a déclaré le procureur de la République de Paris, lors d'une conférence de presse tenue samedi peu après midi.

Le colis piégé, qui renfermait notamment des boulons, des vis et des billes de métal, a été déposé vendredi 24 mai à 17 h 26 devant une boulangerie de la rue Victor-Hugo, près de la gare de Lyon-Perrache, par un homme circulant à vélo.

"D'après les premières images, l'auteur est porteur d'un bermuda vert clair, d'une chemise vert foncé aux manches relevées au niveau des coudes, de chaussures noires et d'un sac à dos noir", a indiqué Rémy Heitz. "Son visage est en partie dissimulé par une casquette de couleur kaki ainsi que par une paire de lunettes de soleil", a-t-il précisé.

"Tous les moyens sont actuellement mis en œuvre pour parvenir rapidement à l'identification et à l'interpellation de l'auteur des faits", a soutenu Rémy Heitz, précisant que "de nouvelles photographies de l'individu" allaient "être très prochainement diffusées".

La mobilisation de 90 enquêteurs et 30 techniciens

L'enquête mobilise "90 enquêteurs et 30 techniciens de la police technique et scientifique", assistés par "une vingtaine d'enquêteurs des brigades de recherche et d'intervention locales".

La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie en raison des "circonstances de commission des faits, commis en plein jour dans un lieu particulièrement fréquenté, ainsi que (du) mode opératoire, l'emploi d'un engin explosif permettant d'atteindre un grand nombre de personnes", a encore indiqué le procureur de Paris.

Sur treize blessés légers vendredi, "onze ont été hospitalisés et ont été pris en charge dans trois hôpitaux" et certaines victimes "doivent subir une intervention chirurgicale, afin d'extraire des éclats".

Une enquête de flagrance a été ouverte des chefs de "tentative d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste et d'association de malfaiteurs terroriste criminelle".

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.