Accéder au contenu principal

Les Indiennes, plus nombreuses au Parlement mais encore très minoritaires

Smriti Irani, l'une des élues du Parlement indien.
Smriti Irani, l'une des élues du Parlement indien. Narinder Nanu, AFP

Pour la première fois dans l'histoire du pays, 14 % des sièges du Parlement indien seront occupés par des femmes. Un score en hausse, mais qui reste faible par rapport à la moyenne mondiale.

PUBLICITÉ

Les élections législatives en Inde, qui se sont déroulées du 11 avril au 19 mai, n'ont pas seulement vu la victoire du Premier ministre nationaliste Narendra Modi, mais aussi l'avènement des femmes politiques à la Lok Sabha, la chambre basse du Parlement.

Pour la première fois, 14 % des sièges de la Lok Sabha seront occupés par des élues, soit 77 sur 542 sièges, contre 62 en 2014. "Nous sommes trop loin de la parité pour commencer à parler de tendance", tempère Catherine Bros, maître de conférence à l'université Paris Est et spécialiste des questions du développement de l'Inde. Ces chiffres sont en effet loin d'être paritaires, et se situent bien en-dessous de la moyenne mondiale.

Carte des gagnants selon le genre et selon les régions (femmes élues en vert, hommes élus en bleu).
Carte des gagnants selon le genre et selon les régions (femmes élues en vert, hommes élus en bleu). Trivedi Centre for Political Data / Ashoka Universitu

715 candidates contre 7 334 candidats

D'après l'Union interparlementaire, le pourcentage de femmes occupant des sièges toutes chambres confondues du monde entier s'élevait à 24,3 % au 1er février 2019. Selon Catherine Bros, le nombre clé à retenir est le taux de participation des femmes à cette élection, puisqu'elles représentent environ 50 % des votants, selon un rapport de la Commission électorale indienne.

Pour cette 17e législature, 715 candidates se sont présentées, contre 7 334 candidats. Parmi ces 715 candidates, près de 400 affichaient un niveau d'étude supérieur (master, voire plus), selon une analyse publiée par l'ONG indienne Association for Democratic Reforms.

Mais cela ne reflète pas forcément la réalité : malgré un bon niveau d'études, le taux d'emploi des femmes chute, dans un pays classé comme étant le plus dangereux pour elles. Le taux de recrutement ne s'élevait en 2018 qu'à 26 %, l'un des plus bas au monde. Ce scrutin pourrait-il faire évoluer leur situation ? "Il est favorable pour les femmes, mais entre ce qui est voté à Delhi et l'application de ces lois dans les endroits reculés, il y a un gouffre", poursuit Catherine Bros.

Et la chercheuse de rappeler que ce n'est pas la première fois que les femmes indiennes accèdent au pouvoir : Indira Priyadarshini Gandhi, Première ministre de 1966 à 1977, puis de 1980 à 1984, Sonia Gandhi, présidente du Parti du Congrès de l'Inde entre 1998 et 2017… "Mais nous sommes en effet dans une ère de prise de conscience du statut des femmes dans le pays. Cette élection peut effectivement servir la cause des femmes."

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.