Accéder au contenu principal

Colis piégé à Lyon : quatre personnes arrêtées dont l'auteur présumé de l'attentat

L'attaque au colis piégé n'a pas encore été revendiquée.
L'attaque au colis piégé n'a pas encore été revendiquée. Philippe Desmazes, AFP

Un homme de 24 ans soupçonné d'être "l'auteur" de l'attaque au colis piégé du 24 mai à Lyon a été interpellé, lundi, dans la ville. La mère et le père du suspect, ainsi qu'un lycéen majeur ont également été arrêtés et placés en garde à vue.

PUBLICITÉ

Un homme de 24 ans, soupçonné d'être l'auteur de l'attentat au colis piégé qui a fait 13 blessés légers le 24 mai à Lyon a été interpellé, trois jours après, dans cette même ville et placé en garde à vue, a indiqué le parquet de Paris. De nationalité algérienne et inconnu des services de police, il s'agit d'un étudiant en école informatique.

"L'enquête se poursuit, avec des éléments suffisamment caractéristiques pour que, à l'heure où je vous parle, je n'ai pas de doute sur le fait que nous avons actuellement en détention le responsable de cet acte qui aurait pu tuer", a déclaré mardi 28 mai Christophe Castaner sur CNews. "En fonction des éléments qui me sont remontés […] je suis intimement convaincu qu'il est l'auteur. […] Celui qui est présumé responsable est en garde à vue", a poursuivi le ministre de l'Intérieur.

Le jeune homme "a fait de nombreux achats [pour fabriquer son explosif artisanal] en particulier sur Internet", qui ont notamment permis aux 330 policiers mobilisés de retrouver sa trace, a expliqué Christophe Castaner.

Un lycéen majeur, également de nationalité algérienne, présenté comme un "membre de son entourage familial" ainsi que le père et la mère du principal suspect ont également été placés en garde à vue selon le parquet de Paris, chargé de l'affaire.

L'auteur présumé des faits a été interpellé sur la voie publique à 9 h 55 dans le 7e arrondissement par la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de la police judiciaire lyonnaise, dans le cadre d'une filature depuis son domicile, où les enquêteurs redoutaient la présence d'explosifs.

Selon le maire de Lyon, il a été arrêté dans le calme à la descente d'un bus, en levant les bras à l'approche des policiers.

La section antiterroriste du parquet de Paris avait été saisie dès le 24 mai. L'attaque n'a pas encore été revendiquée. La police avait diffusé sur Twitter des clichés du principal suspect. De qualité très moyenne, elles montraient un homme roulant à vélo, portant un sac à dos et une casquette sombres.

Des traces d'ADN ont été retrouvées sur les restes du colis, selon une source proche de l'enquête. L'explosif utilisé était du TATP, explosif artisanal très instable, qui avait notamment été utilisé dans les attentats du 13 novembre 2015 à Paris.

Le colis piégé, qui renfermait notamment des boulons, des vis, et des billes en métal, avait été déposé vendredi en fin d'après-midi devant une boulangerie de la rue Victor Hugo, près de la gare de Lyon-Perrache.

Dans une première réaction vendredi, Emmanuel Macron avait évoqué "une attaque", mais un tweet envoyé plus tard était plus prudent, déplorant simplement "la violence qui s'est abattue" sur les Lyonnais.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.