Accéder au contenu principal

Ligue Europa : Chelsea - Arsenal, un derby londonien à 4 000 km de Big Ben

Chelsea et Arsenal se disputeront en Azerbaïdjan le trophée de la Ligue Europa.
Chelsea et Arsenal se disputeront en Azerbaïdjan le trophée de la Ligue Europa. Ozan Kose, AFP

Mercredi soir, la finale de la Ligue Europa mettra aux prises deux cadors londoniens, Chelsea et Arsenal. Un derby accueilli par la capitale de l'Azerbaidjan, Bakou, à plus de 4 000 km de la capitale britannique.

Publicité

Préambule au choc entre Liverpool et Tottenham en finale de la Ligue des champions, samedi 1er juin à Madrid, la conquête anglaise de l'Europe débute par les steppes de l'Est. À plus de 4 000 km de Big Ben, l'Azerbaïdjan va voir défiler deux drôles d'armées, moins intéressées par ses champs de pétrole qu'un trophée de plus dans leur collection.

D'un côté, les Blues de Chelsea, troisièmes de Premier League, qui rêvent d'offrir un dernier sacre à leur général Eden Hazard, en partance pour le Real Madrid cet été, après sept campagnes fructueuses.

De l'autre, les Gunners d'Arsenal qui, pour redorer leur blason jauni par la fin de l'ère Arsène Wenger, doivent s'imposer pour retrouver la C1, après avoir échoué en championnat à la cinquième place, à un point de leur objectif. À leur tête, Emery l'expert, vainqueur trois fois de l'épreuve avec Séville.

"Nous devons nous battre. Ils ont terminé devant nous cette année et l'année dernière. Notre ambition est de réduire l'écart avec eux dans toutes les compétitions. Cette finale constitue notre première possibilité", a assuré l'entraîneur espagnol.

Dernier espoir pour Emery

L'ex du PSG joue gros, car la pression sera du côté des Cannoniers, qu'une défaite condamnerait à une année supplémentaire de transition, quand leurs rivaux de l'ouest londonien ont déjà réussi leur saison, en assurant leur qualification pour la Ligue des champions par la voie du championnat. Mais un succès inscrirait le Basque dans la légende de sa formation.

Revanchard après son expérience mitigée à Paris, il a retrouvé sa baguette magique en Ligue Europa, en transformant le duo Aubameyang-Lacazette en un monstre à deux têtes effrayant d'efficacité. Les deux attaquants ont marqué les huit derniers buts de leur équipe dans la compétition, permettant d'éliminer deux outsiders sérieux, Naples en quarts, puis Valence en demies.

Il a régénéré un club abonné à la "lose" en Europe, avec pour seul titre la Coupe des coupes 1994. Après les finales perdues de C3 en 2000 et de C1 en 2006, Arsenal est de retour et ses supporters, de Londres comme d'Asie, affluent à Bakou attirés par cette ivresse trop rare.

Mais, comme dans le film de Jonathan Lynn, le voisin peut être le tueur. Au jeu de contre-attaque des Gunners, Maurizio Sarri oppose sa défense solide, la 3e d'Angleterre, et le meilleur buteur de la compétition, le Français Olivier Giroud (10 buts). Les fans des Rouges ont aussi en mémoire la cruelle élimination face aux Blues en quarts de finale de la Ligue des champions 2004.

Kanté sur le flanc ?

Surtout, l'entraîneur italien dispose d'un sniper de haut niveau avec Hazard : le Belge a terminé sa meilleure saison statistique (16 buts et 15 passes décisives en championnat) et rêve de remporter une seconde Ligue Europa, après 2013, avant de s'envoler pour le Real, où l'attendent d'autres querelles de voisinage.

"Pour moi, une bonne saison, ce n'est pas marquer 40 buts, c'est gagner quelque chose à la fin. Je ne regarde pas seulement les statistiques", a balayé l'ancien Lillois.

Seule incertitude côté Chelsea, la présence de N'Golo Kanté, touché aux ischio-jambiers à l'entraînement.

Eux manqueront à l'appel : beaucoup de supporters ont été refroidis par le prix du trajet à Bakou, qui accueillera quatre matches de l'Euro-2020, dont un quart de finale. Selon la presse anglaise, les deux clubs ont rendu la moitié des 12 000 places qui leur ont été allouées, alimentant la polémique outre-Manche.

Le milieu arménien d'Arsenal Henrikh Mkhitaryan a, lui, décidé de ne pas faire le déplacement pour des raisons de sécurité, en raison des tensions diplomatiques entre l'Azerbaïdjan et son pays natal. C'est un match sulfureux dans tous ses aspects...

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.