Accéder au contenu principal

Roland-Garros 2019 : les cadors en quarts, Paire en sursis

Rafael Nadal, pas inquiété par l'Argentin Juan Ignacio Londero.
Rafael Nadal, pas inquiété par l'Argentin Juan Ignacio Londero. Pierre René-Worms, FMM

Nadal et Federer n'ont une nouvelle fois pas traîné pour rejoindre les quarts de finale de Roland-Garros. Wawrinka et Tsitsipas, eux, se sont livré au marathon du jour et Paire, seul Français en lice, a été interrompu par la nuit.

PUBLICITÉ

envoyé spécial France 24 à Roland-Garros.

La promenade de santé des têtes d'affiche s'est poursuivie, dimanche, sur les courts de Roland-Garros. Face à deux spécialistes argentins de terre battue, Nadal (n°2) et Federer (n°3) n'ont pas flanché, bouclant leur affaire au petit trot, sur le même score.

Face à Londero, belle surprise de cette première semaine de Roland, Nadal n'a jamais laissé le doute s'installer. Puissant, solide et intraitable, l'undécuple vainqueur du grand chelem parisien a infligé à son adversaire une petite leçon en trois manches, 6-2, 6-3, 6-3, le jour de son 33e anniversaire. Et c'est donc sur ce même score que Federer, une fois encore ovationné par le Chatrier, s'est lui aussi offert un ticket pour les quarts de finale, en dominant un Mayer visiblement pas totalement remis de son marathon au tour précédent, face à Mahut.

"Marathon Stan" trace sa route

En matière de marathon, justement, Wawrinka (n°24) et Tsitsipas (n°6) ont livré la levée du jour en s'écharpant "au meilleur des cinq sets" sur le Lenglen, en fin d'après-midi. Un magnifique bras de fer de plus de cinq heures qui a finalement tourné à l'avantage du Suisse. En l'emportant sur le fil (7-6, 5-7, 6-4, 3-6, 8-6), il a ainsi confirmé sa très belle forme du moment.

Sans surprise, le dernier match du jour programmé sur le Lenglen n'a pas pu aller à son terme. Seul Français en lice ce dimanche, Paire devra donc remettre le couvert lundi face à Nishikori. Un défi de taille puisqu'au moment de l'interruption, il était mené par la tête de série n°7, deux manches à une (6-2, 6-7, 6-2).

Stephens très solide face à Muguruza

Dans le tableau féminin, les deux premières rencontres du jour n'ont pas traîné. A la surprise générale, la Tchèque Vondrousova a totalement surclassé la Lettone Sevastova. La tête de série n°12 a pris l'eau en moins d'une heure, encaissant un sévère 6-2, 6-0. Il a fallu à peine plus de temps pour que la Britannique Konta (n°26) valide à son tour sa présence en quart du tournoi, en dominant la Croate Vekic (n°23) en deux petits sets (6-2, 6-4).

Sa compatriote Martic, qui était opposée à la toujours accrocheuse estonienne Kanepi, s'en est elle aussi sortie, même s'il lui a fallu batailler tout de même trois manches (5-7, 6-2, 6-4).

Mais le gros morceau de ce dimanche, côté féminin, clôturait la programmation du Chatrier. Une opposition entre l'Américaine Stephens (n°7) et l'ancienne lauréate du tournoi Muguruza (n°19) qui n'a finalement pas tenu toutes ses promesses, puisque la mieux classée des deux joueuses a rapidement fait respecter la logique du classement, en deux manches (6-4, 6-3). Une sortie expéditive pour l'Espagnole, qui n'est jamais parvenue à retrouver le niveau de jeu qui l'avait mené jusqu'aux demi-finales en 2018 et surtout au sacre en 2016.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.