Accéder au contenu principal

Roland-Garros 2019 : clap de fin pour les Bleus, sortis dès les huitièmes

Benoît Paire a fini par craquer face à Kei Nishikori.
Benoît Paire a fini par craquer face à Kei Nishikori. Pierre René-Worms, FMM

L'aventure est terminée pour les deux derniers Français à Roland-Garros, Benoît Paire et Gaël Monfils, sortis au stade des 8es de finale. Du côté des favoris, Djokovic et Halep se sont montrés particulièrement expéditifs.

Publicité

envoyé spécial France 24 à Roland-Garros.

Et dire qu'en dix participations, Benoît Paire n'avait jamais atteint le stade des huitièmes de finale à Roland-Garros. Lundi 3 juin, devant le public chauffé à blanc du Lenglen, il est passé tout près de rejoindre les quarts, un sésame qui s'est refusé à lui alors qu'il avait la rencontre en main en servant pour le match au cinquième set. Mais son adversaire du jour, le Japonais Kei Nishikori, a confirmé qu'il était toujours aussi redoutable dans les marathons, en revenant du diable vauvert pour s'imposer après 3 h 55 de jeu (6-2, 6-7, 6-2, 6-7, 7-5).

Paire, forcément frustré au terme de la rencontre, pourra toutefois se satisfaire d'une belle quinzaine. D'autant que dimanche, il avait quité le court en étant mené par ce même Nishikori, avant que la nuit ne vienne interrompre la rencontre. Mené deux sets à un et breaké dans la quatrième, il a parfaitement su se remobiliser et n'a finalement dû sa défaite qu'à une grosse panne de première balle dans les derniers jeux du match, couplée à son incapacité à tenir l'échange sur ses secondes. Une faille qu'a parfaitement exploité le Japonais pour finalement inverser la tendance.

Monfils n'a pas existé

L'affrontement entre Gaël Monfils et Dominic Thiem (n°4), sur le Chatrier, a livré un scénario beaucoup plus linéaire. Malgré quelques coups d'éclat, le Parisien n'a jamais réussi à prendre le dessus sur son adversaire du jour. Particulièrement solide sur sa mise en jeu, l'Autrichien a très logiquement bouclé la rencontre en trois petits sets et moins de deux heures de jeu (6-4, 6-4, 6-2).

En conférence de presse, le dernier Français en lice porte d'Auteuil ne s'est d'ailleurs pas voilé la face. Reconnaissant un "gros écart" de niveau, il a conclu tout naturellement qu'il n'était "simplement pas assez fort" pour vaincre son adversaire.

Djokovic déroule...

L'analyse devrait être assez similaire dans le clan de l'Allemand Jan-Lennard Struff. Face au numéro un mondial Novak Djokovic, il a tenté d'exister, mais sans jamais pouvoir enrayer le broyeur qui lui faisait face. Le Serbe, toujours aussi impressionnant, s'est qualifié en une heure et demie de jeu et trois manches sèches (6-3, 6-2, 6-2).

À noter que deux autres rencontres particulièrement alléchantes étaient également programmées dans le tableau masculin. Des duels de top 10 qui ont vu l'Allemand Alexander Zverev (n°5) dominer l'Italien Fabio Fognini (n°9) (3-6, 6-2, 6-2, 7-6), tandis que le Russe Karen Kachanov (n°10) a pris le meilleur sur l'Argentin Juan Martin del Potro (n°8), lui aussi en quatre sets (7-5, 6-3, 3-6, 6-3).

... et Halep démolit Swiatek

Dans le tableau féminin, le carton du jour est à mettre à l'actif de la Roumaine Simona Halep. La tete de série n°3 n'a eu besoin que de trois petits quarts d'heure pour étriller la Polonaise Iga Swiatek, qui n'a arraché qu'un petit jeu (6-1, 6-0).

Les deux héroïnes du tour précédent n'ont pas eu beaucoup plus de réussite. Tombeuse de sa compatriote Serena Williams, l'Américaine Sofia Kenin a été surclassée par l'Australienne Ashleigh Barty (n°8). Et la Tchèque Katerina Siniakova, qui s'était offert le scalp de la numéro un mondiale Naomi Osaka, n'a rien pu faire face à l'Américaine Madison Keys (6-2, 6-4).

Enfin, le dernier huitième du jour a permis à une autre Américaine, Amanda Anisimova, de rejoindre elle aussi les quarts. elle s'est imposée en deux sets face à l'Espagnole Aliona Bolsova Zadoinov (6-3, 6-0).

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.