Accéder au contenu principal

Tarifs douaniers: espoir mexicain contre fermeté américaine

4 mn
Publicité

Washington (AFP)

Le Mexique a insisté mardi sur la possibilité d'un accord afin d'éviter les tarifs douaniers que Donald Trump veut imposer aux importations mexicaines, mais sans faire fléchir le président américain qui a encore appelé à stopper "l'invasion" de migrants.

Tour à tour, les dirigeants mexicains et américains ont exprimé mardi des sensibilités bien différentes, à la veille d'un rendez-vous crucial à Washington entre le chef de la diplomatie mexicaine Marcelo Ebrard et son homologue américain Mike Pompeo.

"Je crois que nous avons 80%" de chances de parvenir à une entente "et 20%, peut-être, qu'il soit difficile de parvenir à un accord à ce stade", a déclaré Marcelo Ebrard mardi lors d'une conférence de presse à Washington.

Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a déclaré qu'il était prêt à parler directement avec Donald Trump "si nécessaire".

Le milliardaire républicain a créé la surprise la semaine dernière en liant les dossiers du commerce et de l'immigration.

Il a annoncé que les Etats-Unis appliqueraient à partir du 10 juin une taxe de 5% à tous les biens provenant du Mexique, qui pourrait augmenter progressivement jusqu'à 25% le 1er octobre si son voisin du Sud ne parvenait pas à réduire drastiquement le flux de migrants d'Amérique centrale faisant route vers les Etats-Unis.

- Risques pour l'économie -

Les deux pays ont donc jusqu'à dimanche soir pour s'entendre s'ils veulent éviter une escalade qui inquiète les milieux économiques des deux pays et ébranle les marchés.

Le Mexique espère trouver "un point de rapprochement" avec les Etats-Unis mais se tient également "prêt" si les négociations échouaient, a affirmé M. Ebrard, laissant entendre que des représailles étaient envisagées.

A ce stade, le président américain campe sur ses positions et a réitéré ses mises en garde depuis Londres où il effectue une visite d'Etat.

Jugeant "inacceptable" que "des millions de gens" traversent la frontière séparant le Mexique des Etats-Unis, il a douché les espoirs d'une résolution rapide en soulignant que les taxes douanières entreraient "probablement en vigueur" la semaine prochaine malgré ces négociations.

Le Mexique "devrait faire plus pour arrêter (...) cette invasion de notre pays", a-t-il ajouté.

Les autorités américaines semblent débordées par l'afflux de migrants originaires du Guatemala, du Salvador et du Honduras, qui cherchent à entrer aux Etats-Unis après avoir traversé le Mexique. La police américaine aux frontières interpelle actuellement 100.000 migrants chaque mois.

Mais le président de Réserve fédérale américaine Jerome Powell a mis en garde contre cette multiplication des fronts de la guerre commerciale, face à la Chine et au Mexique.

"Nous surveillons de près l'impact que peuvent avoir les développements (dans ce domaine) sur les perspectives de croissance de l'économie américaine et, comme toujours, nous agirons de manière à soutenir l'expansion", a-t-il dit dans un discours à Chicago.

- Les doutes du Congrès -

Au Congrès américain aussi l'initiative de Donald Trump irrite dans les rangs républicains, un parti traditionnellement opposé aux mesures protectionnistes. Au point que certains élus songeraient à organiser un vote pour la bloquer, selon le Washington Post, ce qui serait un violent camouflet pour le président républicain.

Interrogé sur ce point à Londres, Donald Trump a estimé qu'il serait "insensé" pour les républicains de voter contre lui, rappelant qu'il bénéficiait d'une immense popularité auprès de la base du parti, à plus de 90%.

En attendant la rencontre entre Marcelo Ebrard et Mike Pompeo mercredi au département d'Etat américain, la délégation mexicaine présente à Washington depuis le début de la semaine multiplie les contacts.

Le représentant américain au Commerce (USTR) Robert Lighthizer reçoit ainsi mardi un haut responsable de la délégation mexicaine, Jesus Seade, a précisé M. Ebrard.

Les deux hommes ont négocié ensemble le nouvel accord de libre-échange entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada (AEUMC), dont la ratification pourrait être affectée par ces tensions entre les deux pays.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.