Accéder au contenu principal

Après le cinéma, le monde de la mode s'oppose à son tour aux lois anti-IVG des États-Unis

L'une des vestes de la collection 2020 de Gucci, estampillée du logo féministe "My body, my choice".
L'une des vestes de la collection 2020 de Gucci, estampillée du logo féministe "My body, my choice". Gucci

Comme Netflix ou Disney, certains grands noms de la mode s'opposent aux lois anti-avortement, peu à peu votées dans plusieurs états des États-Unis. Leurs armes : des vêtements et des slogans féministes.

PUBLICITÉ

"Don’t fuck with my freedom" (en français : "ne déconne pas avec ma liberté"), en lettres blanches sur fond rose.  La chanteuse américaine Miley Cyrus s'est associée au styliste Marc Jacobs, en créant un sweatshirt au slogan sans équivoque. Dévoilé via les comptes Instagram des deux stars, le vêtement entend lutter contre les récentes lois anti-avortement votées dans plusieurs États des États-Unis.

En légende de la photo, il est précisé que les bénéfices engendrés par les ventes seront entièrement reversés à Planned Parenthood, une organisation à but non lucratif aux États-Unis, similaire au planning familial français. Éducation sexuelle, mais aussi accès aux soins de santé et prévention, l'association pro-choix est l'une des principales du pays. Sur le sweatshirt, il est également inscrit "Happy Hippie Foundation", le nom de l’ONG créée en 2014 par Miley Cyrus. Depuis cinq ans, la chanteuse se bat pour les droits des personnes LGBT et des personnes sans domicile fixe.

"My body, my choice" chez Gucci

Cette prise de position intervient quelques jours après celle de la célèbre maison de haute-couture italienne Gucci. Mardi 28 mai, la marque de prêt-à-porter faisait défiler ses mannequins à Rome, pour présenter sa nouvelle collection. Parmi les modèles, une veste marquée du slogan féministe "My body, my choice" ("mon corps, mon choix", en français), une robe ornée d'un utérus en perles, ou encore une cape sur laquelle est inscrite la date "22.05.1978", qui correspond à la date de légalisation de l'avortement en Italie. 

"Le but était de montrer que les femmes doivent être respectées", déclare Alessandro Michele, directeur de la création de Gucci, lors d’une conférence de presse donnée après le défilé. "Elles devraient être libres de choisir d’interrompre une grossesse ou non. C’est l’une des décisions les plus difficiles à prendre pour une femme, et je respecte cela". Interrogé par le quotidien de mode féminin Women’s Wear Daily, le couturier a continué : "C’est impensable qu’il existe encore des gens qui pensent qu’ils peuvent avoir le contrôle sur le corps des femmes, et sur leurs choix. Je me tiendrai toujours du côté de la liberté, toujours". 

Ces dernières semaines, plusieurs États des États-Unis comme le Missouri, l’Alabama, la Louisiane ou encore la Géorgie, ont voté des lois pour restreindre le droit à l’avortement. Solidaires de manifestations populaires dans tout le pays, de nombreuses célébrités et entreprises se sont opposées à ces décisions anti-IVG, notamment dans le monde du cinéma. Récemment, Disney et Netflix avaient annoncé qu’il serait compliqué de continuer à travailler dans les États concernés par ces restrictions, pour le bien de leurs employés.  

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.