Accéder au contenu principal

Affaire Carlos Ghosn : Renault va porter plainte

Carlos Ghosn fait l'objet de quatre inculpations par la justice japonaise.
Carlos Ghosn fait l'objet de quatre inculpations par la justice japonaise. Archives AFP

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a déclaré mercredi qu'une plainte serait déposée par le groupe Renault concernant les 11 millions d'euros de dépenses suspectes engagées par son ancien PDG Carlos Ghosn.

Publicité

"L'État déposera tous ces éléments à la justice et il y aura une plainte. Elle sera instruite et la justice tranchera", a affirmé Bruno Le Maire, invité mercredi 5 juin sur BFMTV et RMC. Le ministre français de l'Économie a assuré qu'une plainte serait déposée par le groupe Renault, dont l'État détient 15 %, concernant les 11 millions d'euros de dépenses suspectes engagées par son ancien PDG Carlos Ghosn.

"Quand l'État est actionnaire de référence d'une entreprise, comme dans Renault, où nous avons 15%, eh bien son rôle est de s'assurer que sa gouvernance fonctionne bien", a ajouté le ministre.

Le Conseil d'administration du constructeur français a annoncé mardi soir que 11 millions d'euros de dépenses suspectes engagées par l'ancien patron de l'alliance automobile franco-japonaise Carlos Ghosn avaient été identifiés par un audit interne.

Cet audit, mené conjointement par Renault et Nissan au sein de leur filiale commune RNBV, basée aux Pays-Bas, a "confirmé des déficiences" sur le plan "de la transparence financière et des procédures de contrôle des dépenses", a expliqué le conseil.

Des faits "qui sont répréhensibles" identifiés

Cette somme recouvre des "surcoûts de déplacement de Carlos Ghosn par avion", "certaines dépenses engagées par Carlos Ghosn [et] des dons ayant bénéficié à des organismes à but non lucratif", a-t-il précisé dans un communiqué.

Rappelant avoir lui-même réclamé il y a six mois cet audit interne, Bruno Le Maire a assuré que des faits "qui sont répréhensibles" avaient été décelés lors de cette enquête interne au groupe automobile. "Donc sur la base de cet audit, tous les faits seront présentés à la justice et la justice tranchera", a insisté le ministre.

Le conseil d'administration de Renault, qui se réunissait pour étudier un projet de fusion avec Fiat Chrysler, avait assuré mardi avoir demandé "aux représentants de Renault de se rapprocher de leurs homologues de Nissan dans les instances de gouvernance de RNBV en vue de la mise en œuvre des actions judiciaires disponibles aux Pays-Bas", sans évoquer formellement une "plainte".

Arrêté le 19 novembre à Tokyo, Carlos Ghosn fait l'objet de quatre inculpations par la justice japonaise : deux pour des dissimulations de revenus dans des documents boursiers et deux pour des cas différents d'abus de confiance aggravé, dont détournement présumé de fonds de Nissan.

L'ancien capitaine d'industrie, qui clame son innocence, a dénoncé à plusieurs reprises un complot ourdi par Nissan. Il a été libéré sous caution le 25 avril.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.