Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Donald Trump, l'Europe et les murs"

France 24

A la Une de la presse, ce mercredi 5 juin, les réactions des journaux français au rapport annuel de l’Observatoire sur les inégalités. La question de la rétention et de l’expulsion des migrants en France. Les commémorations du Débarquement du 6 juin 1944. Et la visite, à cette occasion, de Donald Trump au Royaume-Uni et en France.

PUBLICITÉ

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook…

A la Une de la presse française, la publication, hier, du rapport annuel de l’Observatoire sur les inégalités - un document qui recense les écarts entre les citoyens français, dans différents domaines.

Dans un pays où le mot «égalité» fait partie de la devise nationale, où a émergé le mouvement des «gilets jaunes» revendiquant plus de justice sociale, ce rapport est scruté avec beaucoup d’attention par les quotidiens, à commencer par Libération, qui a cherché à savoir qui sont «les riches», ces 10% des Français les plus privilégiés, non seulement en raison de leur fortune mais aussi de leur mode de vie et de la qualité de l’éducation dont ils bénéficient. Des «facteurs concomitants», qui montreraient que ceux qui appartiennent à la classe moyenne supérieure «disposent d’avantages cumulatifs qui les séparent de la masse des Français», selon Libé – qui souligne le rôle de l’Etat-providence dans l’atténuation d’inégalités présentées comme étant à l’origine du «ressentiment» des classes populaires, à l’origine de «la lutte des classes» - un concept familier à L’Humanité, qui s’est demandé «comment en finir» avec les inégalités. Sans surprise, le journal accuse le «capitalisme prédateur et les politiques d’austérité de nuire aux «biens communs, (aux) services publics et (au) développement humain et écologique» - qui permettent, pourtant, d’atténuer l’injustice sociale.

L’Opinion préfère évoquer des «inégalités de destin». Le journal, qui dit voir dans ce rapport à la fois des «raisons d’espérer et de désespérer , note que la France reste l’un des pays où la redistribution des revenus est la plus forte, l’un de ceux qui parviennent le mieux à contenir la pauvreté mais s’indigne du «scandale» des inégalités «entre les milieux sociaux à l’école», du fait que les enfants de cadres supérieurs restent presque trois fois plus nombreux que ceux des ouvriers à accéder aux études. Une situation dont l’explication se trouve, peut-être, en partie, du côté du Parisien, qui relève que 73% des élèves défavorisés étudient dans des établissements qui ne disposent pas des moyens de l’éducation prioritaire.

Le Parisien s’est procuré un autre document, un rapport parlementaire sur le coût des expulsions du territoire français. D’après le journal, des députés auraient calculé que ces expulsions forcées coûtent six fois plus cher que les retours aidés - une facture de 500 millions par an, qui démontrerait que «les retours aidés sont plus efficaces et bien moins coûteux que les éloignements forcés», et devrait inciter Emmanuel Macron, qui a dit vouloir instaurer chaque année un «débat» sur la politique migratoire, à faire preuve, «en même temps, de fermeté et d’humanisme», selon Le Parisien. La politique migratoire, dont le durcissement est dénoncé par six associations, dont la Cimade, qui publie elle aussi un rapport, repris cette fois par Libération. Selon cette association d’aide aux migrants, près de 45 000 étrangers en situation irrégulière ont été enfermés l’année dernière en France, qui demeurerait «le pays européen ayant le plus recours à l’enfermement des étrangers en vue de leur éloignement». Un outil jugé toutefois peu dissuasif, dans la mesure où 40% des personnes retenues sont libérées avant leur expulsion.

La presse française revient aussi largement sur les commémorations du débarquement du 6 juin 1944. A cette occasion, la presse locale s’est plongée dans l’Histoire – à l’image de Ouest France, qui rappelle à quel point ce jour a «tout changé» au cours de la Seconde guerre mondiale. C’était «il y a 75 ans, en Normandie», se souvient Le Télégramme, avec une photo en noir et blanc des Alliés s’apprêtant à débarquer sur les plages normandes. 75 ans après, l’Europe et les Etats-Unis célèbrent leurs vétérans, et c’est l’un d’entre eux, qui est à l’honneur, ce matin, de Paris Normandie. A Carentan et à Sainte-Mère, hier soir, des dizaines de familles ont accueilli des militaires américains chez elles, pour rendre hommage aux descendants des soldats alliés et célébrer la paix - une réunion à la Une de La Presse de la Manche.

Au Royaume-Uni, les commémorations ont débuté hier, en présence du président américain, Donald Trump. Alors que l’Europe et les Etats-Unis célèbrent la paix et l’amitié, l’heure ne semble pourtant pas franchement à l’entente cordiale, comme en témoigne The Guardian, qui fait état des manifestations, depuis lundi, contre la visite de Donald Trump à Londres, où un ballon «bébé Trump» a été gonflé, hier, sur la place du Parlement. Il faut dire que le président américain a l’art de d’évoquer les sujets qui fâchent. «Est-ce que ce sont des fake news ? des fausses informations ? non, il l’a vraiment dit», fulmine The Independent, en citant, notamment, ses propos, justement, sur les manifestations de ses opposants: «une bonne partie de tout ça, ce sont des fake news». Le climat sera-t-il plus détendu en France? Pas sûr, d’après Chapatte, dont le dessin pour le journal suisse Le Temps montre Donald Trump au cimetière américain de Colleville, aux côtés d’Emmanuel Macron. «Par leur sacrifice, ils ont vaincu le mur de l’Atlantique», rappelle le président français, en remerciant les soldats alliés d’avoir réussi à percer les défenses allemandes. «Hein? Quoi ? Un mur?», réagit le président américain, souvent critiqué pour son goût pour les murs.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.