Accéder au contenu principal

France TV : nouvel appel à la grève le 13 juin pour sauver "Soir 3"

3 mn
Publicité

Paris (AFP)

Au lendemain d'un appel à un arrêt de travail lancé par trois syndicats de France Télévisions, quatre autres organisations ont appelé vendredi à une grève de 24 heures le 13 juin, pour combattre un projet de suppression de "Soir 3", journal télévisé emblématique de France 3.

Après la CGT, FO et la CFDT, qui avaient déposé un préavis de grève jeudi, le SNJ, la CFE-CGC, Sud et l'UNSA ont à leur tour appelé les salariés du groupe public à un arrêt de travail le 13 juin, pour obtenir le retrait de ce projet, et défendre des revendications en matière d'emploi.

Ces appels à la grève pourraient perturber une grande soirée spéciale pour les 70 ans du 1er journal télévisé, prévue ce jour-là sur France 2.

La direction du groupe avait présenté en mai aux syndicats un projet de création d'une nouvelle tranche d'information renforcée, de 21H00 à minuit, sur la chaîne franceinfo. C'est dans ce cadre que la direction du groupe envisage d'arrêter la diffusion de "Soir 3" à la rentrée. A la place, le groupe veut proposer, dans les nouvelles soirées de franceinfo, un journal de 30 minutes (comme "Soir 3"), à 23H00, confectionné par les équipes actuelles de "Soir 3" et la rédaction de la chaîne d'info.

Pour le SNJ, la CFE-CGC, Sud et l'UNSA, "cette suppression est une insulte à tous ceux qui depuis des années sont les artisans de la réussite de cette édition. Comble du double jeu, la direction demande à ceux qui fabriquent le Soir 3 de le produire maintenant pour Franceinfo", expliquent ces organisations dans un communiqué commun.

Ce projet est vivement combattu en interne et a également suscité des protestations à l'extérieur de France Télévisions, avec plusieurs pétitions (dont l'une a dépassé les 5.000 signatures) et la mobilisation de certains élus locaux et responsables politiques nationaux.

Lancé en septembre 1978, "Soir 3" est présenté depuis 2016 par Francis Letellier en semaine et Sandrine Aramon le week-end.

Un premier appel à la grève de 48 heures, en pleines élections européennes, avait déjà été lancé pour défendre le journal par trois autres syndicats (SNJ, CGC et UNSA). Les soirées électorales de France 2, France 3 et franceinfo avaient néanmoins pu être assurées, malgré des perturbations.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.