Accéder au contenu principal
Élément Terre

Du poison dans nos bouquets !

Aux Pays-Bas, la culture de la rose nécessite sept fois plus de pesticides que la culture de maïs. Contrairement à la nourriture, il n’existe en Europe, aucune limite maximale d’utilisation de ces produits chimiques pour les fleurs. Élément Terre a enquêté sur le marché de la fleur aux Pays-Bas et sur les multiples pesticides qui se cachent dans nos bouquets.

PUBLICITÉ

Chaque année, 12 milliards de fleurs et de plantes transitent par les Pays-Bas, en provenance du Kenya, de Colombie, d’Israël ou encore d’Europe. Ces fleurs sont cultivées sous serre à grand renfort d’eau et d'énergie ou transportées du bout du monde par avion. Mais une fleur, c’est aussi souvent un véritable cocktail de produits chimiques. En février 2018, l’ONG Greenpeace a trouvé jusqu’à 43 résidus de pesticides différents dans des bouquets néerlandais...

Si aujourd’hui le bio s'arrête presque toujours à l’assiette du consommateur, de plus en plus d’horticulteurs souhaitent changer la donne. L’équipe d’Élément Terre est partie à la rencontre de ces Néerlandais désireux de rendre l’horticulture plus respectueuse de l’environnement.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.