Accéder au contenu principal

La Haute Cour du Botswana décriminalise l'homosexualité

Un activiste LGBT lors d'une audience au tribunal de Nairobi, au Kenya, le 22´février 2019.
Un activiste LGBT lors d'une audience au tribunal de Nairobi, au Kenya, le 22´février 2019. Simon Maina, AFP

L'homosexualité n'est plus un crime au Botswana après la décision de la justice du pays, mardi, qui a qualifié que les lois relatives aux relations entre personnes du même sexe étaient "des reliques de l'ère victorienne".

PUBLICITÉ

Le Botswana va devoir modifier ses lois. La Haute Cour du pays a décidé, mardi 11 juin, de décriminaliser l'homosexualité, interdite dans le code pénal du pays datant de 1965 et qualifié de "relique de l'ère victorienne" par un juge.

Les clauses du code pénal relatives aux relations entre personnes du même sexe "sont annulées", a déclaré le juge Michael Leburu. "La justice ordonne que les lois soient amendées", a-t-il ajouté dans une salle d'audience comble de la Haute Cour à Gaborone.

Les clauses en question sont "des reliques de l'ère victorienne" qui "ne sont plus viables", a encore estimé le magistrat. Elles "oppressent une minorité" et "ne passent pas l'épreuve de la constitutionnalité", a-t-il ajouté.

"Les minorités ne doivent pas être exclues et ostracisées", a-t-il encore expliqué dans son jugement, estimant que "la criminalisation perpétue la stigmatisation".

"Le temps est venu que la sexualité entre personnes du même sexe soit décriminalisée", a insisté le magistrat.

"L'orientation sexuelle est humaine, ce n'est pas une question de mode"

La Haute Cour s'est prononcée sur ce sujet sensible sur requête d'une personne anonyme, identifiée seulement par ses initiales LM pour des raisons de sécurité, qui contestait le code pénal.

"L'orientation sexuelle est humaine, ce n'est pas une question de mode. (...) Les hétérosexuels sont autorisés à exprimer leur sexualité sans problème mais la même chose ne s'applique pas au requérant", a poursuivi le juge Leburu.

"Nier au requérant le droit d'avoir des relations sexuelles comme il l'entend est discriminatoire", a-t-il encore expliqué, estimant que "le respect de la vie privée est un droit humain fondamental".

Le mois dernier, la Haute Cour du Kenya avait refusé d'abroger les lois réprimant les relations homosexuelles, douchant les espoirs de la communauté continentale LGBTQ (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenre, queers).

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.