Accéder au contenu principal

Mondial-2019 : le soccer féminin, un sport si populaire aux États-Unis

Une jeune footballeuse américaine.
Une jeune footballeuse américaine. France 24

La sélection américaine, trois fois sacrée championne du monde, est la favorite du Mondial féminin. Si en Europe le football est un sport masculin où les femmes peinent à être reconnues, aux États-Unis, ce sont les joueuses qui dominent ce sport.

Publicité

Delilah n'a que 5 ans mais elle ne raterait pour rien au monde son entrainement de football du samedi matin. Comme elle, près de la moitié des jeunes américaines jouent au "soccer". Aux États-Unis, le foot est désormais plus populaire chez les filles que chez les garçons.

"Le nombre de filles qui jouent au foot a augmenté de façon exponentielle ces neuf ou dix dernières années, surtout chez les très jeunes joueuses. Je pense que c'est dû au fait qu'il y ait plus de grandes joueuses, mais aussi un meilleur accès à ce sport. Parmi les équipes qui participent à la Coupe du monde, l'équipe américaine est l'une des meilleures", explique Paul Hennessy, entraîneur pour la ligue Premieres FC.

Le soccer féminin a décollé aux États-Unis depuis la victoire très médiatique de l'équipe américaine à la Coupe du monde en 1999. En multipliant les trophées, la sélection est parvenue à alimenter la fierté des Américaines.

"Mes filles ont des modèles forts pour grandir : elles adorent le foot donc pour elles, c'est incroyable de venir voir des professionnelles jouer", décrit Judith Booker, une fan de football.

Quand les joueuses américaines portent plainte pour discrimination

Les joueuses américaines ont des performances supérieures à l'équipe masculine américaine. Pourtant, les joueuses se battent toujours pour obtenir un salaire égal. "Les sponsors sont différents, les droits télé sont différents, c'est plus dur pour elles d'être diffusées, leur matches ont moins d'exposition médiatique ce qui génère moins de sponsors", estime Graham Hays, journaliste pour ESPN Women.

Trois mois avant la Coupe du monde, les internationales américaines ont ainsi porté plainte pour discrimination. Elles dénoncent un écart de salaire de 38 %.

"C'est normal que nous portions le flambeau par rapport aux femmes dans d'autres sports. Vous savez, les femmes sont victimes d'inégalités quotidiennement dans le sport. Donc je pense que nous sommes des pionnières dans le foot féminin et que nous devons continuer à nous battre", résume Alex Morgan, la capitaine de l'équipe américaine.

En France, l'objectif des Américaines est double : gagner un quatrième titre de championnes du monde de football, pour un jour obtenir l'égalité avec les hommes.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.