Accéder au contenu principal

Hong Kong : affrontements lors des manifestations, l'examen du projet de loi sur les extraditions reporté

Des affrontements ont éclaté à Hong Kong, mercredi 12 juin 2019, entre les manifestants et les forces de l'ordre.
Des affrontements ont éclaté à Hong Kong, mercredi 12 juin 2019, entre les manifestants et les forces de l'ordre. Isaac Lawrence, AFP

Alors que l'examen du projet de loi controversé sur les extraditions vers la Chine a été repoussé, des affrontements ont éclaté mercredi entre manifestants et forces de l'ordre.

PUBLICITÉ

Des heurts ont éclaté, mercredi 12 juin, à Hong Kong, où des dizaines de milliers de personnes étaient rassemblées aux abords du Conseil législatif, le Parlement local, pour protester contre un projet de loi sur les extraditions qui faciliterait le transfert de suspects en Chine afin qu'ils y soient jugés.

Les affrontements ont éclaté peu après l'expiration du délai que les manifestants avaient donné au gouvernement pour retirer son texte de loi. Des protestataires se servant de parapluies comme de boucliers tentaient de se rapprocher des policiers anti-émeutes protégant le siège du Parlement et des projectiles ont été lancées contre les policiers, selon les images de la chaîne i-Cable et des journalistes de l'AFP. En retour, la police a fait usage de gaz lacrymogène, de gaz au poivre et de matraques pour repousser la foule des manifestants vêtus de noir, pour la plupart des jeunes gens et des étudiants.

Devant la forte mobilisation, les autorités pro-Pékin avaient annoncé, plus tôt dans la journée, le report de l'examen du projet de loi controversé. Le président du Conseil législatif (LegCo, Parlement hongkongais) a déclaré dans un communiqué que la réunion durant laquelle les députés devaient examiner le texte en deuxième lecture aurait lieu "à une date ultérieure".

Barricades et grève

Les milliers de protestataires s'étaient réunis pour encercler les bâtiments du gouvernement dans le centre de l'île de Hong Kong et paralyser la circulation pour exiger le retrait du projet soutenu par Pékin. Les rangées de policiers anti-émeutes déployées pour l'occasion, portant pour bon nombre d'entre eux des masques, des casques et des lunettes de protection, étaient bien moins nombreux que les protestataires.

Comme en écho à l'immense mouvement prodémocratie de l'automne 2014 qui avait paralysé des quartiers entiers de la mégapole pendant plus de deux mois, les manifestants ont envahi des voies principales de circulation du centre-ville à l'aide de barrières métalliques. Certains protestataires ont arraché des pavés sur les trottoirs.

Plus d'une centaine d'entreprises et de commerces ont annoncé leur fermeture mercredi en signe de solidarité avec les opposants au texte. Les principaux syndicats étudiants ont appelé au boycottage des cours pour permettre aux élèves de participer à la protestation. Plus de 1 600 employés de compagnies aériennes ont signé une pétition demandant à leur syndicat de se mettre en grève. Un syndicat de chauffeurs de bus a invité de son côté ses membres à conduire très lentement pour marquer leur soutien aux manifestants. Des enseignants, infirmières et travailleurs sociaux ont également fait part de leur volonté de cesser le travail dans ce territoire où les grèves sont rares.

Large front

L'opposition au projet de loi rassemble un large front de la société hongkongaise, allant des hommes d'affaires aux avocats et aux étudiants, aux partisans de la démocratisation et aux communautés religieuses.

Hong Kong a été rétrocédée à la Chine en 1997 mais avec des garanties sur son autonomie et les libertés, notamment celle de disposer d'un système judiciaire distinct. Les changements en perspective sur la question des extraditions visent à simplifier les procédures permettant d'envoyer des suspects vers des pays ou territoires tiers comme la Chine continentale, Macao et Taiwan, en plus des vingt pays avec lesquels Hong Kong dispose déjà de conventions d'extradition.

Les défenseurs des droits de l'homme dénoncent l'iniquité de la justice chinoise, mentionnant l'usage présumé de la torture, les détentions arbitraires, les aveux sous la contrainte, les difficultés d'accès à un avocat, pour justifier leur rejet du texte.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.