Accéder au contenu principal
Dans la presse

Crise iranienne : "La manifestation des pires craintes sur Donald Trump"

France 24

A la Une de la presse française, ce mardi 18 juin, la décision de l’Iran de dépasser son plafond d’uranium faiblement enrichi. La mort, au cours de son procès au Caire, de l’ancien président égyptien Mohammed Morsi. L’expérience du service national universel en France. Et l’anniversaire de l’Appel du 18 juin 1940.

PUBLICITÉ

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook…

A la Une de la presse, ce matin, la décision de l’Iran de dépasser son plafond d’uranium faiblement enrichi, en représailles au retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, et au renforcement des sanctions américaines.

«Le compte à rebours pour passer au-dessus de 300 kilogrammes de réserves d’uranium enrichi a commencé et le 27 juin, nous dépasserons cette limite», a déclaré hier le porte-parole de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique – une déclaration à la Une du Tehran Times, qui rappelle que la décision de l’Iran de réduire ses engagements sur son programme nucléaire date du 8 mai dernier, soit exactement un an après que Donald Trump a annoncé le retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien. «L’Iran fixe la date à laquelle il va dépasser la limite fixée pour son stock d’uranium»: The Iran Daily précise néanmoins que «le mouvement (d’enrichissement de l’uranium iranien) pourra être inversé, une fois que les pays signataires de l’accord de Vienne respecteront leurs engagements» - un message adressé à la Chine, à la Russie, et à l’Europe, invitée à jouer «un rôle historique» en sauvant l’accord conclu en 2015.

Arab News cite, lui, la déclaration de la Maison-Blanche, qui parle de «chantage nucléaire» de la part de Téhéran, qui ferait face à la «réaction négative» des Etats-Unis et de l’Europe – où le président français Emmanuel Macron a toutefois indiqué que Paris discuterait avec l’Iran et ses partenaires «pour éviter une escalade dans la région». Une réaction prudente, qui ne plaît pas au Wall Street Journal, mécontent de voir les Européens «s’accrocher à ce qu’il reste de l’accord de Vienne depuis le retrait américain». «Le meilleur moyen pour les Européens de diminuer le danger d’une guerre, c’est de se joindre aux Etats-Unis pour persuader l’Iran que la seule façon d’éviter les sanctions, c’est de renégocier l’accord sur le nucléaire, et de cesser d’exporter sa révolution», plaide le quotidien américain – qui voit dans l’annonce de Téhéran «la manifestation de ses intentions réelles». The Washington Post est en revanche nettement plus sceptique sur la stratégie de l’Administration Trump et perçoit la crise iranienne la preuve de ses «pires craintes»: le fait que Donald Trump ne serait pas à la hauteur de sa tâche, et créerait de toutes pièces des crises qu’il ne serait pas en mesure de résoudre.

A la Une également, la mort de l’ancien président égyptien Mohammed Morsi, après une audition devant un tribunal du Caire. L’Orient Le Jour rapporte que l’ancien dirigeant issu des Frères musulmans, détenu depuis sa destitution par l’actuel président Abdel Fattah Al Sissi en 2013, était jugé pour plusieurs affaires, notamment pour «espionnage» au profit de l’Iran, du Qatar et du Hamas à Gaza. «Mohammed Morsi : une mort comme un assassinat», accuse le journal panarabe de Londres Al Araby Al Jadeed. «Une mort qui ressemble à l’assassinat du premier président égyptien élu démocratiquement», répète un autre quotidien panarabe londonien, Al Quds Al Araby, qui annonce que les Frères musulmans demandent une enquête internationale sur les circonstances de la mort de Mohammed Morsi.

A la Une de la presse française, la mise en place, cette semaine, du service national universel. Parmi les 13 départements à tester ce nouveau dispositif, les Ardennes ont accueilli hier les premiers volontaires. 192 garçons et filles, engagés dans des missions d’intérêt général, d’après L’Ardennais, qui explique que cette promesse de campagne d’Emmanuel Macron vise à «développer une culture de l’engagement» pour «accroître la cohésion et la résilience de la nation». Si le principe séduit Paris-Normandie, qui se réjouit de voir les jeunes vouloir être «utiles à la France». L’idée ne convainc pas, en revanche, L’Humanité, qui fait état des «nombreuses critiques» sur le SNU: le côté paramilitaire de la chose, avec l’uniforme et le lever à 7 heures du matin, le manque d’un réel accompagnement et le fait que ce projet laisserait finalement penser que «des recettes expéditives peuvent être des solutions aux maux d’une société tout entière».

L’engagement, il en est forcément beaucoup question en ce 18 juin, jour de l’appel de Londres du général de Gaulle, en 1940. Ce jour-là, Charles de Gaulle appelait les Français à ne pas cesser le combat contre l’armée allemande, malgré la défaite - un appel auquel ont répondu les trois résistants qui témoignent dans La Croix, 79 ans après, de ce qui les a conduits, à l’époque, à s’engager - comme Michèle Agniel, devenue résistante à 14 ans, au lendemain de la bataille de Dunkerque.

Un mot, enfin, de la Coupe du monde de foot féminin. L’Equipe salue la victoire, hier, des Bleues face aux Nigérianes, en coupe du monde de foot féminin - une «victoire maison» décrochée grâce à un penalty obtenu «sur une application très stricte du règlement», d’après le journal, pas très convaincu par la prestation de l’équipe de France hier soir.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.