Accéder au contenu principal

GP de France: les Mercedes affichent la couleur, Hamilton dans le collimateur

4 mn
Publicité

Le Castellet (France) (AFP)

Les Mercedes ont dominé les premières séances d'essais libres du Grand Prix de France de F1 vendredi mais Lewis Hamilton pourrait se retrouver dans le collimateur des commissaires pour avoir gêné l'un de ses adversaires.

Derrière, on retrouve les Ferrari de Charles Leclerc et Sebastian Vettel et le surprenant Lando Norris (McLaren-Renault) qui précède Max Verstappen (Red Bull-Honda).

Les séances d'essais libres du vendredi sont toutefois davantage destinées à préparer les qualifications du samedi et la course du dimanche. Une 3e séance d'essais libres aura lieu samedi matin avant les essais qualificatifs.

Mais c'est l'incident de Lewis Hamilton qui a retenu toute l'attention. S'il ne s'agissait que d'une petite "chaleur" pour le quintuple champion du monde britannique, elle pourrait toutefois avoir de lourdes conséquences.

S'il est parvenu à contrôler une amorce de tête-à-queue qui l'a fait sortir des limites de la piste en arrachant au passage un des plots la délimitant, il a gêné, en reprenant sa trajectoire, Max Verstappen qui arrivait derrière lui.

C'est Hamilton le matin puis son coéquipier Valtteri Bottas l'après-midi qui ont réalisé les meilleurs temps. Le Finlandais a été le seul à passer sous 1 min 31 secondes lors de la 2e séance avec un temps de 1:30.997 devançant Hamilton de 424/1000e.

Les commissaires de la course ont décidé d'ouvrir une enquête sur l'épisode qui pourrait éventuellement se traduire par une pénalité pour Hamilton sur la grille de départ.

C'est en quelque sorte une répétition de l'incident du dernier GP du Canada entre Sebastian Vettel et le même Lewis Hamilton qui a fait couler beaucoup d'encre en raison de la pénalité de 5 secondes infligée au pilote de Ferrari qui lui a fait perdre la course au profit de celui de Mercedes.

- Ferrari débouté -

Dans ce qui pourrait être l'épilogue de ce chapitre, la Fédération internationale de l'automobile (FIA) a rejeté vendredi le recours de la Scuderia contre la pénalité infligée à Vettel.

Les commissaires de course ont estimé qu'il n'y avait pas de nouveaux éléments dans les données présentées le jour-même par l'écurie italienne et qui auraient pu motiver une annulation de leur décision.

Ferrari avait invoqué un "droit de révision" concernant la pénalité.

Au 48e tour du GP du Canada, Vettel, alors en tête de la course, était sorti de piste. Revenu sur la trajectoire après un passage dans l'herbe, le pilote Ferrari avait tassé Hamilton, qui le suivait, contre un muret.

Les commissaires de course avaient ensuite estimé que l'Allemand avait "rejoint la piste de manière dangereuse et forcé (Hamilton) à en sortir" en lui imposant une pénalité réglementaire de 5 secondes. Arrivé premier sous le drapeau à damier, Vettel avait en conséquence du céder la plus haute marche du podium à son rival.

Les Mercedes ont remporté les 7 Grand Prix courus depuis le début de la saison. Le départ de la 8e épreuve sera donné dimanche à 15h10 (13h10 GMT).

Pour ce qui est de la 2e séance d'essais libres de vendredi, les Renault n'y ont guère brillé malgré des améliorations apportées au châssis et au moteur pour ce Grand Prix national de l'équipe française. Daniel Ricciardo a terminé 12e et Nico Hülkenberg 14e.

Pour les pilotes français, Pierre Gasly (Red Bull-Honda) a terminé 8e et Romain Grosjean (Haas) 17e.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.