Accéder au contenu principal

Mondial-2019 : les affiches des 8es de finale

Amel Marji et Amandine Henry, lors du match contre le Nigeria, le 17 juin à Rennes.
Amel Marji et Amandine Henry, lors du match contre le Nigeria, le 17 juin à Rennes. Franck Fife, AFP

Après les derniers matches de poule disputés jeudi, on connait désormais tous les qualifiés pour les 8es de finale du Mondial. La France rencontrera le Brésil. Tandis que l'un des chocs opposera la Suède au Canada.

Publicité

Le tableau des 8es de finale du Mondial-2019 est désormais complet. Voici les différentes affiches qui opposeront les 16 équipes qualifiées. La France sera notamment opposée au Brésil dimanche. Pour la première fois de l'histoire, il y aura deux équipes africaines en 8es de finale.

  • Samedi 22 juin

Allemagne - Nigeria, à 17 h 30 à Grenoble

Les Nigérianes ont dû attendre la fin de la rencontre entre la Thaïlande et le Chili pour décrocher leur billet pour les 8es de finale. L'équipe africaine a décroché d'un cheveu sa qualification après la victoire des Chiliennes (0-2). Il aurait fallu un seul but supplémentaire des Sud-Américaines pour les éliminer, mais les Nigérianes les ont finalement devancées au classement des quatre meilleures troisièmes grâce à une meilleure différence de buts (-2 contre -3 pour les Chiliennes). Cela faisait 20 ans que les Super Falcons n'avaient pas atteint ce stade de la compétition. Mais elles auront fort à faire samedi à Grenoble face à l'Allemagne, l'une des prétendantes au titre, qui a terminé première de son groupe avec trois victoires. Les championnes d'Afrique devront croire à un autre miracle.

Norvège - Australie, à 21 h à Nice

Ce sera l'un des chocs de ces 8es de finale. La Norvège qui a terminé 2e du groupe A, derrière la France, a proposé du beau jeu lors de la phase de poules et montré sa solidité. Les Scandinaves n'ont buté que sur les Bleues. Même si les championnes du monde 1995 font figure de favorite sur le papier, elles devront se méfier d'une équipe australienne prolifique en attaque. Les Matildas ont pris la deuxième place de leur groupe et remporté leur dernier match contre la Jamaïque sur le score de 4-1 grâce à un quadruplé de leur star Sam Kerr. Elles sont en confiance et comptent bien poursuivre l'aventure. Les Australiennes ont atteint les quarts de finale lors des trois dernières Coupe du monde.

  • Dimanche 23 juin

Angleterre - Cameroun, à 17 h 30 à Valenciennes

A l'image des Nigérianes, les Camerounaises ont aussi décroché leur billet pour les 8es de finale in extremis. Les Lionnes indomptables peuvent remercier Ajara Nchout qui leur a permis de se qualifier grâce à un doublé face à la Nouvelle Zélande (2-1). Mais en 8es de finale, elles ont hérité d'un gros morceau. Elles vont affronter les Anglaises, 3es au classement FIFA, et qui ont terminé première de leur groupe après trois victoires. Troisièmes du dernier Mondial en 2015, les Trois Lionnes ne devraient faire qu'une bouchée des modestes camerounaises qui n'ont jamais dépassé les 8es de finale.

France - Brésil, à 21 h au Havre

France-Brésil, cela sonne comme un air de déjà vu. Mais entre blessures, défense friable et performances inégales, la Seleção aborde ce duel dans des conditions difficiles, malgré la présence de Marta, meilleure buteuse de l'histoire en Coupes du monde de football. Les Brésiliennes ont semblé à la peine lors de la phase de poules, ne terminant qu'à la 3e place de leur groupe, avec un revers démoralisant contre l'Australie (2-3), alors qu'elles menaient pourtant de deux buts. Les Bleues, premières de leur groupe après trois victoires, partent ainsi clairement favorites. Elles ont d'ailleurs les statistiques en leur faveur puisqu’elles n’ont jamais perdu contre les Brésiliennes (3 victoires, 8 matchs nuls) et restent même sur un succès convaincant en amical (3-1) en novembre dernier.

  • Lundi 24 juin

Espagne - États-Unis, à 18 h à Reims

Trois fois sacrées championnes du monde et tenantes du titre, les Américaines ont déroulé leur partition lors de la phase de poules. La Team Usa a décroché trois victoires et établi un nouveau record. Avec 18 buts marqués en trois matches, les États-Unis détrônent la Norvège, qui possédait jusque-là le record de buts inscrits en phase de groupes (17), réalisé lors du Mondial 2015. Face à cet ogre américain, les Espagnoles font donc figure de petit poucet, même si elles ont montré de belles choses dans le groupe B en terminant 2e derrière l'Allemagne. Cette qualification pour les 8es de finale est déjà une première pour les Ibériques.

Suède - Canada, à 21 h à Paris

Cette affiche oppose deux nations historiques du football féminin. La Suède et le Canada sont des habituées des derniers carrés. Quart de finaliste du dernier Mondial, les Canadiennes ont terminé 2e de leur groupe après une défaite face aux Pays-Bas. Moins dominatrices que par le passé, elles vont devoir se méfier des Suédoises qui n'ont plié en match de poules que contre les États-Unis. Leur dernière rencontre remonte au mois de mars lors de l'Algarve Cup, au Portugal. Le Canada l'avait emporté de justesse (0-0, ap tab 6-5) lors du match pour la 3e place.

  • Mardi 25 juin

Italie - Chine, à 18 h à Montpellier

Les Italiennes ont créé la surprise lors de la phase de poules en terminant premières de leur groupe devant l'Australie et le Brésil à la faveur d'une meilleure différence de buts. Soudées et détonnantes, elles sont en train de devenir un véritable phénomène dans leur pays avec des records d'audience à la télévision. Près de 30 ans après avoir atteint les quarts de finale d'un Mondial (1991), l'Italie espère récidiver face à la Chine qui a eu du mal à se qualifier. Les Chinoises n'ont remporté qu'un match contre la modeste équipe d'Afrique du Sud.

Pays-Bas - Japon, à 21 h à Rennes

Championnes d'Europe en titre, les Néerlandaises ont fait carton plein lors de la phase de groupes avec trois victoires. Mais pour accéder aux quarts de finale, elles vont devoir en découdre avec les Japonaises, vices-championnes du monde. L'affiche aurait pu autrefois faire peur aux Pays-Bas, mais les Nippones n'ont pas montré un visage très dangereux en ce début de tournoi. Avec une équipe très rajeunie, le Japon n'a gagné qu'un seul match contre l'Écosse et ne fait plus vraiment partie des favorites.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.