Accéder au contenu principal
Reporters

Centenaire du Traité de Versailles : comment la paix a mené à la guerre

Capture d'écran France 24

À l’occasion du centenaire du Traité de Versailles, signé à l’issue de la Première Guerre mondiale, notre reporter Florence Gaillard a mené l’enquête sur ce texte controversé. Qualifié de "paix" par les uns et de "diktat" par les autres, il a humilié l’Allemagne vaincue et semé les ferments de la revanche de 1939.

Publicité

Après quatre ans d'un conflit qui a mobilisé les cinq continents, ravagé l'Europe et provoqué la mort de dix millions de personnes, la Conférence de la Paix s'ouvre le 18 janvier 1919 à Paris. Objectif : privilégier la sécurité collective, plutôt que les intérêts nationaux, et respecter le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Trente-deux États sont conviés dans la capitale française et des délégations du monde entier participent à cette conférence internationale, qui, contrairement aux précédents congrès, est pour la première fois ouverte à la presse et au public.

>> Reporters : "Au cœur de l’enfer de la Grande Guerre"

Pourtant, le Traité de Versailles, dont a accouché cette Conférence, restera comme l'un des plus controversés de l'Histoire. L'Allemagne vaincue se voit privée d'une partie de son territoire et de toutes ses colonies, mais aussi condamnée à verser des indemnités de réparation colossales. Autant de mesures qui vont alimenter le ressentiment allemand et conduire, une dizaine d'années plus tard, à la montée en puissance du nazisme en Allemagne.

>> "L'Histoire en direct" : le traité de Versailles, paix mondiale ou loi des vainqueurs ?"

À travers des archives inédites et des témoignages d’historiens français et allemands, Florence Gaillard revient sur ces années qui ont marqué l’Histoire.

>> Dossier spécial sur le centenaire de la Grande Guerre

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.