Accéder au contenu principal

Mondial-2019 : la Norvège s’impose au bout du suspense face à l'Australie

La Norvège s’est qualifiée pour les quarts de finale après sa victoire face à l'Australie, le 22 juin 2019 à Nice.
La Norvège s’est qualifiée pour les quarts de finale après sa victoire face à l'Australie, le 22 juin 2019 à Nice. Valery Hache, AFP

La Norvège s’est imposée au bout du suspense (1-1, 4 t.a.b. à 1) face à l'Australie lors de ce huitième de finale du Mondial. Elle affrontera en quarts le vainqueur du match Angleterre-Cameroun, qui aura lieu dimanche.

Publicité

Les spectateurs de l’Allianz-Riviera, à Nice, ont eu droit à un match de qualité au scénario indécis, samedi 22 juin, pour ce huitième de finale du Mondial-2019 entre la Norvège et l’Australie. Le match a été animé dès le début (1e) avec une frappe de l’attaquante australienne Samantha Kerr – meilleure buteuse (5) de la compétition avant ce match – qui a frôlé le poteau de la gardienne norvégienne, Ingrid Hjelmseth.

Mais ce sont bien les Norvégiennes qui, ensuite, ont pris peu à peu le dessus sur leur adversaire du soir. Et assez logiquement, Lehn Hervolsen a donné l’avantage à son équipe (1-0, 31e) d’une frappe placée, après avoir été oubliée par la charnière centrale australienne.

L’Australie aurait rapidement pu revenir à égalité quelques minutes plus tard : alors que l’arbitre de la rencontre, l’Allemande Riem Hussein, avait sifflé un pénalty (41e) après avoir pensé que la défenseuse Maria Thorisdottir avait touché le ballon du bras, elle s’est ensuite ravisée après avoir consulté l’écran de contrôle de la VAR.

Corner gagnant pour l’Australie

Cette volte-face n’a pas pour autant découragé l’Australie, qui est revenue des vestiaires sur la lancée de sa fin de première période. D’abord en difficulté pour inquiéter la gardienne norvégienne à cause d’un manque de précision à l’approche de la surface de réparation, les "Matildas" ont cru pouvoir compter sur Samantha Kerr, qui pensait avoir inscrit le but du 1-1 (59e) sur une frappe placée – mais l’attaquante était en position de hors-jeu.

Ce manque de réalisme aurait pu valoir aux Australiennes d’encaisser un deuxième but sur des contres norvégiens (55e, 63e). Heureusement, Lydia Williams a été à la parade à chaque fois pour maintenir son équipe à flot. Et cela a fini par payer : l’Australie est revenue au score sur un corner rentrant tiré par sa joueuse Elise Kellond-Knight (1-1, 83e).

Chaque sélection a eu l’occasion de l’emporter dans les dernières minutes – la Norvégienne Caroline Graham Hansen a notamment vu sa frappe enroulée terminer sur le poteau. Mais après deux périodes qui ont vu chaque équipe dominer son adversaire à tour de rôle, il semblait écrit que la qualification pour les quarts se jouerait sur un fil.

Des occasions, un carton rouge et un carton plein

Pendant les prolongations, la Norvège s’est créé nombre d’occasions nettes (93e, 95e, 98e, 104e) sans pour autant faire trembler les filets. L’Australie, acculée dans ses trente derniers mètres, n’avait sans doute pas besoin de se retrouver à dix dans cette situation. Et c’est pourtant ce qui est arrivé après l’exclusion d’Alanna Kennedy (103e) pour un tirage de maillot en position de dernière défenseuse. La Norvège a ensuite continué d’y croire, et l’Australie n’a pas cessé de résister.

Seuls les tirs au but pouvaient alors départager les deux équipes, qui ont fait preuve d’un mental à toute épreuve pendant ce match. La Norvège a sorti une séance parfaite (4 tirs sur 4 réussis) quand l’Australie n’a inscrit qu’un tir au but. Qualification méritée pour les Norvégiennes au bout de la nuit niçoise.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.