Accéder au contenu principal

Mondial-2019: Philippe salue l'engouement de "maboul" autour des Bleues

2 mn
Publicité

Le Havre (AFP)

"C'est un truc de maboul": Edouard Philippe a salué lundi devant les footballeuses de l'équipe de France l'engouement autour de leurs performances lors du Mondial 2019, au lendemain de leur qualification face au Brésil au Havre.

"Peut-être que vous ne vous rendez pas totalement compte de ce qui est en train de se passer. Mais c'est énorme, c'est un truc de maboul", a déclaré le Premier ministre lors d'une rencontre avec les joueuses, à la mi-journée ce lundi.

L'ancien maire de la ville était venu assister à la victoire des Bleues face au Brésil (2-1 après prolongation) en huitièmes de finale dimanche soir, à la veille d'une rencontre au Havre avec le Premier ministre russe Dmitri Medvedev.

"Autour du stade il y avait des gens, ils étaient dans un état... Ils étaient joyeux, heureux, confiants, super admiratifs, fiers, ils étaient en famille, il n'y avait pas d'agressivité, rien de tout ce qui parfois rend le foot moins extraordinaire que ce qu'on aime", s'est réjoui le chef du gouvernement, selon une vidéo de la rencontre mise en ligne par ses services. "Il y avait au contraire tout ce qui fait qu'on aime le foot", a-t-il salué.

"Je vous garantis qu'il est en train de se passer quelque chose. Je suis pas aussi bon que vous en foot, mais j'ai du pif", a encore salué M. Philippe, soulignant les audiences "dingues" à la télévision (près de 12 millions de téléspectateurs cumulés sur TF1 et Canal+).

Le Premier ministre a également salué la performance sportive des joueuses, qui ont "impressionné tout le monde". "Vu du stade, ça a donné l'impression d'être dur, tendu, même un peu rugueux à bien des égards, mais chapeau. Je suis très admiratif. Et j'espère qu'on va pouvoir continuer à vous admirer très longtemps pendant la compétition", a-t-il dit.

Applaudi par les joueuses, l'ex-maire du Havre s'est vu remettre un maillot dédicacé par l'équipe des mains de la sélectionneuse des Bleues, Corinne Diacre. L'échange a eu lieu lors d'un café après le déjeuner des footballeuses, selon Matignon.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.