Accéder au contenu principal

Présidentielle en Mauritanie : l'opposition conteste la victoire, heurts entre police et militants

Deux policiers devant le siège de la Céni, le 23 juin 2019 à Nouakchott.
Deux policiers devant le siège de la Céni, le 23 juin 2019 à Nouakchott. Sia Kambou, AFP

Les quatre candidats de l'opposition ont contesté les résultats provisoires donnant la victoire au premier tour de la présidentielle à l'ancien chef d'état-major Mohamed Cheikh El-Ghazouani. Des heurts ont éclaté entre policiers et contestataires.

Publicité

Les quatre opposants mauritaniens en lice pour la présidentielle ont rejeté les résultats provisoires accordant la victoire au premier tour à l'ancien chef d'état-major Mohamed Cheikh El-Ghazouani, estimant "inévitable" la tenue d'un second tour, le 6 juillet, entre l'un d'entre eux et le général Ghazouani.

Ils ont annoncé lundi 24 juin leur intention de les contester par tous les moyens légaux et de manifester pacifiquement pour obtenir satisfaction. Ils réclament notamment la publication des résultats "bureau par bureau", consultables depuis lundi soir sur le site de la Commission nationale électorale indépendante (Céni).

Selon les résultats annoncés dimanche soir par la Céni, Mohamed Cheikh El-Ghazouani, a obtenu 52,01 % des suffrages, devant quatre opposants, dont le militant anti-esclavagiste Biram Ould Dah Ould Abeid (18,58 %), l'ex-Premier ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar (17,87 %) et le journaliste Baba Hamidou Kane (8,71 %).

Descente de police

Face à la contestation, la police mauritanienne a effectué lundi une descente aux sièges de deux candidats d'opposition à l'élection présidentielle, qui contestent la victoire du candidat du pouvoir, et a fermé l'un d'eux, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

Les sièges des deux partis, proches l'un de l'autre, étaient déserts mardi matin et des traces d'affrontements, barrages de pierres et pneus brûlés, étaient visibles, a constaté un correspondant de l'AFP.

Lundi soir, des heurts ont éclaté entre policiers et militants de l'opposition aux abords du sièges des partis d'Ould Abeid et Kane, selon des témoins. "La police est arrivée au siège du candidat Biram et a jeté des grenades lacrymogènes à l'intérieur, brisant vitres et portes, ce qui a rendu le siège impraticable", a déclaré à l'AFP le porte-parole d'Ould Abeid, Hammada Ould Lehbouss.

Aucun commentaire n'a pu être obtenu de source gouvernementale. "Nous dénonçons les attaques contre les sièges de Kane Hamidou Baba et celui de Biram Dah Abeid", a déclaré ce dernier lundi soir lors d'une conférence de presse improvisée devant le siège de son parti avec les trois autres candidats de l'opposition.

"Un état de siège qui ne dit pas son nom"

Il a dénoncé le déploiement de forces de sécurité dans plusieurs grandes villes du pays, y voyant "un état de siège qui ne dit pas son nom".

Le siège du parti de Baba Hamidou Kane, une des nombreuses formations dissoutes en mars faute de résultats électoraux suffisants, a été fermé par la police, selon les mêmes sources.

Les Mauritaniens ont voté en nombre le 22 juin (62,66 % de participation) pour la première transition entre deux présidents élus dans ce vaste pays du Sahel secoué par de nombreux coups d'État de 1978 à 2008, date du putsch qui a porté Mohamed Ould Abdel Aziz au pouvoir, avant son élection en 2009. Il ne pouvait se représenter après deux mandats.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.