Accéder au contenu principal
COMPTE-RENDU

CAN-2019 : ultraréaliste, l’Égypte domine la RD Congo et file en huitièmes

L'Égypte est officiellement qualifiée pour les huitièmes de finale.
L'Égypte est officiellement qualifiée pour les huitièmes de finale. Pierre René-Worms, FMM

Très efficace devant le but face à une RD Congo malchanceuse et maladroite, l’Égypte a validé sa qualification pour les 8es de finale de la CAN-2019 en s’imposant sur des buts d’El Said et de Salah (2-0). La RD Congo est au bord de l’élimination.

PUBLICITÉ

envoyé spécial France 24 au Caire (Égypte)

Première partie du contrat remplie pour les Pharaons. Déjà victorieuse du Zimbabwe lors de son entrée en lice dans cette CAN-2019, l’Égypte a su faire preuve d’un froid réalisme pour venir à bout d’une sélection de la RD Congo retrouvée, mais qui a joué de malchance et payé son manque de réalisme au prix fort.

Victorieux des Léopards sur des buts d’El Said (25e) et de Salah (43e), les Pharaons sont qualifiés pour les huitièmes de finale de leur Coupe d’Afrique. Ils rejoignent à ce stade le Nigeria, qui a lui aussi validé son ticket pour le top 16 continental en début de journée, en prenant le dessus sur la Guinée.

Pour autant, tout n’a pas été simple pour les hommes du Mexicain Javier Aguirre, qui avait décidé de reconduire le même onze que lors de la première journée. Bousculés par une RD Congo entreprenante, les coéquipiers de Mohamed Salah ont fait le dos rond durant le premier quart d’heure, même si la star de Liverpool a eu l’opportunité d’ouvrir la marque sur un service dans la surface (10e).

Deux barres…

En face, les hommes de Florent Ibenge ont poussé et se sont procurés la première très grosse opportunité de cette rencontre. Mais Tisserand, servi sur corner par Mputu, a vu la barre transversale repousser sa tentative (10e).

Une maladresse qui n’a pas frappé l’Égypte. Juste avant la demi-heure de jeu, sur un corner, Elmohamady a profité d’un gros cafouillage dans la défense congolaise pour trouver la faille, d’une frappe aux six mètres (1-0, 25e).

Pas abattu par l’ouverture du score, les Léopards ont continué leurs incursions, mais la malchance les a de nouveau accompagné. À la retombée d’un ballon dans la surface, Bolingi a décoché une tête qui, pour la deuxième fois, est venue heurter la barre égyptienne (41e).

Et la réponse des Pharaons ne s’est pas fait attendre : deux minutes plus tard, parfaitement servi par Trezeguet, Salah a mystifié Matampi d’une frappe limpide, synonyme de break juste avant la pause (2-0, 43e).

… et toujours pas de but

Bousculés mais paradoxalement très largement devant au tableau d'affichage, les Égyptiens se sont ensuite appuyés sur leur solide défense pour préserver le score. En face, les Congolais ont tenu le ballon, tenté de multiples combinaisons, mais les offensifs d’Ibenge – cinq dans le dernier quart d’heure – se sont systématiquement heurtées au mur adverse.

Bolingi, sur une belle tête, a certes obligé Elshenawy à se détendre pour sortir le ballon, mais une faute a finalement été sifflé contre l’attaquant des Léopards (76e). Et une énième tentative d’Elia, entré à la pause à la place de Mputu, est venue matérialiser définitivement les soucis offensifs de la RDC. Son coup franc a bien contourné le mur, mais est venu mourir à côté du poteau gauche d’un Elshenawy battu sur le coup (83e).

Le salut des Léopards passe désormais par un carton face au Zimbabwe, lors de la troisième journée qui, conjugué aux résultats dans les autres groupes, pourrait leur permettre d’arracher une qualification miraculeuse pour les huitièmes. Pour l’Égypte, en revanche, la question ne se pose plus. Les Pharaons ont bel et bien validé leur qualification, et ils pourraient même se permettre de faire tourner un peu lors de leur troisième match face à un Ouganda qui est lui aussi tout proche des huitièmes. 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.