Accéder au contenu principal

Les quatre dossiers brûlants en négociation au G20 du Japon

Photo de famille du G20, le 28 juin novembre 2019 à Osaka, au Japon.
Photo de famille du G20, le 28 juin novembre 2019 à Osaka, au Japon. Ludovic Marin, AFP

Le G20 se réunit vendredi et samedi, au Japon, pour évoquer les dossiers qui préoccupent les 20 plus grandes économies du monde. Au menu des discussions, le climat, l'Iran, les taux bancaires et les relations commerciales entre Pékin et Washington.

Publicité

Les 20 plus grandes économies mondiales se réunissent vendredi 28 et samedi 29 juin à Osaka, au Japon. Au menu de ce G20 : l’environnement et le climat, le dossier iranien et le pétrole, les taux des banques centrales ainsi que les tensions commerciales entre Pékin et Washington.

Les relations commerciales entre la Chine et les États-Unis

Les négociations commerciales entre Pékin et Washington devraient accaparer une partie des discussions. Dans l’impasse depuis le mois dernier, les présidents Xi Jinping et Donald Trump vont tenter de relancer le dialogue, notamment lors d'un entretien bilatéral prévu samedi à 11 h 30, heure locale (2 h 30 GMT).

Le South China Morning Post, quotidien anglophone de Hong Kong, a rapporté jeudi 27 juin que les deux premières puissances économiques mondiales, en conflit depuis près d'un an, avaient conclu une trêve provisoire.

Avant son départ pour le Japon, Donald Trump a soufflé le chaud et le froid, jugeant "absolument possible" de parvenir à un accord avec Xi Jinping tout en se disant prêt, en cas d'échec, à imposer de nouveaux droits de douane sur la quasi-totalité des produits chinois non encore taxés. À Pékin, un porte-parole du ministère du Commerce a de son côté réclamé jeudi l'annulation sans délai des sanctions américaines visant le groupe chinois d'équipements de télécommunication Huawei.

Croissance et taux bancaires

Au chapitre des tensions commerciales, les incertitudes qui pèsent sur la croissance et notamment les taux des banques centrales ne manqueront pas non plus d’animer les débats.

Lors de sa réunion de politique monétaire des 18 et 19 juin, la Réserve fédérale a ouvert la voie à de possibles baisses de taux d'ici la fin de l'année. Cette perspective, qui affaiblit le dollar, pourrait contraindre la Banque centrale européenne et la Banque du Japon à chercher des moyens d'éviter une trop forte appréciation de l'euro et du yen afin de protéger leurs économies fortement dépendantes des exportations.

L'hôte du sommet, le Premier ministre japonais Shinzo Abe, espère que la déclaration de clôture du sommet insistera aussi sur la nécessité de préserver le libre-échange mais il pourrait se heurter au refus de Donald Trump, qui avait obligé l'an dernier le G20 à abandonner sa référence de longue date à la lutte contre le protectionnisme.

Le climat et l'environnement, dossiers brûlants

Autre pomme de discorde entre les 20 nations : le changement climatique. Les négociateurs américains s'opposent à la volonté des Européens de s'engager fortement en faveur de la lutte contre le réchauffement, que Donald Trump considère comme un "canular".

La dernière version en date des phrases de la déclaration consacrées au climat qualifie l'Accord de Paris sur le climat d'"irréversible", ce qu'une version antérieure évitait de mentionner sous la pression des États-Unis, précisent deux sources interrogées par Reuters.

Considéré comme historique, l'Accord de Paris, qui fixe le cadre d'engagements politiques, économiques et financiers visant à contenir la hausse de la température moyenne de la planète "bien en deçà de 2 °C" en 2100, avec l'objectif d'être le plus près possible de 1,5 °C, est fragilisé depuis que Donald Trump a décidé d'en retirer les États-Unis.

Mercredi, Emmanuel Macron a pressé tous les membres de soutenir l'Accord de Paris de 2015 et d'accélérer la réduction des émissions de gaz à effet de serre tout en menaçant de refuser de signer un communiqué final trop timide sur ce point.

Le G20 pourrait, en outre, enfin adopter un nouveau cadre pour réduire la pollution plastique dans les océans sur une base volontaire. Mais il paraît peu probable que les dirigeants des 20 économies les plus avancées s'engagent sur des objectifs précis.

Les dix pays membres de l'Asean (Association des pays du Sud-Est asiatique) ont montré la voie samedi dernier en adoptant à l'issue d'un sommet à Bangkok une déclaration commune de lutte contre les déchets en mer.

Pétrole et Iran

Même si l'Iran n'est pas membre du G20, la République islamique sera dans toutes les têtes en raison de la guerre des mots qui l'oppose à Donald Trump et aux fortes tensions entre les deux pays, ravivées par la destruction en vol d'un drone américain par Téhéran il y a une semaine près du détroit d'Ormuz.

Cette crise, qui a provoqué une hausse des cours du brut, intervient à quelques jours d'une réunion ministérielle de l'Opep le 1er juillet, élargie le lendemain aux alliés non Opep, dont la Russie, pendant laquelle les membres de cet Opep+ devraient décider de reconduire ou non des baisses de production pour soutenir les prix.

Quoi qu'en dise l'Iran, grand rival régional de l'Arabie saoudite, qui compte désormais parmi les producteurs les plus modestes du cartel en raison des sanctions de Washington, les discussions risquent de se résumer à un tête-à-tête entre Riyad et Moscou, qui produisent à eux deux plus de 40 % du pétrole de l'Opep+. Le sujet devrait être à l'ordre du jour de l'entretien prévu en marge du G20 entre Vladimir Poutine et le prince héritier saoudien Mohamed ben Salmane.

Avec Reuters

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.