Accéder au contenu principal

Mondial-2019 : les affiches des demi-finales

L'attaquante américaine Megan Rapinoe face à la défenseuse anglaise Lucy Bronze.
L'attaquante américaine Megan Rapinoe face à la défenseuse anglaise Lucy Bronze. AFP

Tous les qualifiés pour les demi-finales de finale du Mondial sont désormais connus. Le choc principal aura lieu entre l'Angleterre et les États-Unis pour une finale avant l'heure, tandis que les Pays-Bas affronteront la Suède.

Publicité

Le tableau des demi-finales du Mondial-2019 est désormais complet. Trois équipes européennes sont qualifiées, contre deux il y a quatre ans lors de la Coupe du monde au Canada. Le choc opposera l'Angleterre aux États-Unis pour une finale avant l'heure.

Mardi 2 juillet

  • Angleterre - États-Unis, à 21 h à Lyon

Des deux demi-finales, la rencontre l’Angleterre et les États-Unis offre l’affiche la plus alléchante. Les deux équipes ne se sont rencontrées qu’une seule fois par le passé en Coupe du Monde. En 2007, les Américaines avaient éliminé les Anglaises en quart de finale, sur le score sans appel de 3 à 0. Mais douze ans plus tard, l’écart s’est comblé. Les Trois Lionnes ont fait d’énormes progrès au cours des dernières années jusqu’à se hisser au rang de favorites du Mondial-2019. Demi-finalistes il y a quatre ans, elles avaient été sorties par les Japonaises (2-1), et comptent bien cette année se hisser jusqu’à la finale. Les Anglaises ont prouvé depuis le début de la compétition qu’elles avaient de belles armes offensives, avec cinq victoires, dont deux derniers succès sur le score de 3 à 0 face au Cameroun et à la Norvège.

L’opposition sera tout autre contre les Américaines, championnes du monde en titre, mais elles ont déjà réussi à leur tenir tête lors de leur dernière confrontation. En mars, lors de la SheBelieves Cup, l'Angleterre avait obtenu un match nul contre la Team USA (2-2) avant de remporter la compétition. Les joueuses de Jill Ellis ont également montré lors de leur huitième de finale contre l'Espagne, puis en quart de finale contre la France, qu'elles pouvaient être bousculées et ont affiché des failles en défense qui pourraient bien profiter à leurs adversaires européennes. En attaque, le duel s’annonce en tout cas très intéressant avec d’un côté Alex Morgan et Megan Rapinoe pour les États-Unis, auteures de cinq réalisations chacune depuis le début du Mondial, et de l’autre l'anglaise Ellen White, qui compte aussi cinq buts. La défenseuse lyonnaise Lucy Bronze aura également à cœur de réussir à domicile et devant son public, tandis qu'Alex Morgan et Megan Rapinoe vont retrouver la ville de leur ancien club.

Mercredi 3 juillet

  • Pays-Bas - Suède, à 21 h à Lyon

Championnes d’Europe en titre, les Pays-Bas atteignent le dernier carré du Mondial pour la première fois de leur histoire, après avoir battu l'Italie. Après une première participation en Coupe du Monde en 2015, les Néerlandaises ne cessent de monter en puissance. Huitième équipe au classement Fifa, elles vont affronter les Suédoises, neuvièmes. Les Scandinaves sont en revanche des habituées de ce genre de rendez-vous : finalistes en 2003, elles se sont déjà qualifiées pour les demi-finales en 1991 et 2011. Moins performantes depuis quelques années, les Suédoises espèrent retrouver leur gloire passé. En éliminant l'Allemagne, pourtant favorite, en quart de finale, elles ont déjà créé une petite sensation.

Mais il y a deux ans, lors de l’Euro, les Néerlandaises avaient éliminé les Suédoises en quart de finale sur le score de 2 à 0, avant de remporter la compétition. Cette affiche s’annonce en tout cas comme très ouverte. En attaque, Vivianne Miedema, auteure de trois buts depuis le début du Mondial pour les Pays-Bas, ainsi que Kosovare Asllani et Stina Blackstenius, avec deux réalisations chacune au compteur pour la Suède, seront particulièrement à surveiller.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.