Accéder au contenu principal

À Hong Kong, la police réprime des manifestants avant une nouvelle marche de contestation

Des jeunes manifestants arrêtés, lundi 1er juillet au matin, à Hong Kong.
Des jeunes manifestants arrêtés, lundi 1er juillet au matin, à Hong Kong. Vivek Prakash, AFP

Alors que Hong Kong commémore, lundi, le 22e anniversaire de sa rétrocession à la Chine, la police de l'ex-colonie britannique a réprimé à coups de bâton et de gaz lacrymogène une marche anti-gouvernementale de centaines de manifestants.

PUBLICITÉ

La police de Hong Kong était mobilisée, dès l'aube lundi 1er juillet, afin d'empêcher des manifestants de perturber le 22e anniversaire de la rétrocession à la Chine. Alors qu'une centaine de militants - pro-démocratie ou anti-gouvernement - ont tenté d'occuper plusieurs artères de l'ancienne colonie britannique et dressé une barricade dans le quartier de Wanchai, la police anti-émeutes les a attaqués à coups de bâton et de gaz lacrymogène.

Ces petits groupes de contestataires, majoritairement jeunes et masqués, se sont emparés de trois grandes artères au cœur de Hong Kong et ont entravé la circulation avec des barrières de plastique et de métal. Cette mobilisation donne un avant-goût de la journée puisqu'elle intervient en amont d'un rassemblement pour l'anniversaire de la rétrocession de l'ex-colonie britannique à la Chine, datant du 1er juillet 1997.

Les démocrates de tous bords organisent à chaque anniversaire du retour de Hong Kong dans le giron chinois une manifestation pour mettre en avant leurs exigences démocratiques, dont l'élection du chef de l'exécutif au suffrage universel. Ces dernières années, cette journée de mobilisation a mis en évidence le désespoir de nombreux Hongkongais face à ce qu'ils considèrent comme une ingérence grandissante de la Chine continentale. Une colère exacerbée par le projet de loi facilitant l'extradition vers la Chine continentale - depuis suspendu -, qui a provoqué un vaste tollé dans la région administrative spéciale.

Discours de Carrie Lam

Les organisateurs du mouvement de contestation, qui veulent maintenir la pression sur la cheffe de l'exécutif pro-Pékin de Hong Kong, Carrie Lam, s'attendent à une forte participation au rassemblement de lundi, le 1er juillet étant un jour férié à Hong Kong.

Lors de sa première apparition publique en plus d'une dizaine de jours, pour la cérémonie commémorative de lever des drapeaux chinois et hongkongais, Carrie Lam s'est adressée aux manifestants. "En tant que politicienne, je dois me rappeler à chaque instant ce que pense l'opinion publique", a-t-elle déclaré. "Le gouvernement doit rester efficace, mais il doit aussi savoir écouter patiemment."

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.