Accéder au contenu principal

Un aéroport saoudien attaqué par des rebelles yéménites

Les dégâts à l'aéroport d'Abha après l'attaque aérienne du 12 juin, présentés par les autorités saoudiennes.
Les dégâts à l'aéroport d'Abha après l'attaque aérienne du 12 juin, présentés par les autorités saoudiennes. Fayez Nureldine, AFP

La coalition militaire menée par Riyad a annoncé que des rebelles yéménites ont lancé une attaque contre l'aéroport d'Abha, en Arabie saoudite. Neuf personnes ont été blessées, selon les autorités. Un bilan non confirmé par la coalition.

PUBLICITÉ

Neuf personnes ont été blessées dans une attaque menée, mardi 2 juillet, par des rebelles yéménites contre l'aéroport d'Abha, dans le sud de l'Arabie saoudite, a fait savoir la coalition militaire dirigée par Riyad, qui la qualifie de "terroriste". Parmi les blessés, la coalition recense huit citoyens saoudiens et un ressortissant indien, précise un communiqué publié par l'agence de presse officielle saoudienne SPA.

Auparavant, les rebelles chiites houthis, proches de l'Iran, avaient affirmé sur leur chaîne de télévision Al-Masira avoir "lancé une vaste opération prenant pour cible des avions militaires à l'aéroport international d'Abha" avec des drones.

Une intensification des attaques aériennes

Les rebelles chiites houthis subissent, depuis mars 2015, d'intenses bombardements aériens de la coalition qui ont fait de nombreuses victimes, dont beaucoup de civils.

Ces dernières semaines, les rebelles ont augmenté la fréquence de leurs attaques de missiles et de drones en territoire saoudien à la frontière entre les deux pays. Le 12 juin, une attaque au missile sur l'aéroport d'Abha a blessé 26 civils, quand le 23 juin, une nouvelle attaque au missile sur le même aéroport a tué un Syrien et blessé 21 autres civils, selon la coalition.

À la suite de ces attaques, les médias officiels saoudiens ont fait état d'une intensification des raids aériens de la coalition sur des positions rebelles dans la province de Hajjah, dans le nord du Yémen, et sur la capitale yéménite Sanaa, tenue par les rebelles.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.