Accéder au contenu principal
REPORTAGE

L'Autriche divisée sur l'interdiction totale du glyphosate

Capture d'écran France 24

L'Autriche pourrait devenir un pays précurseur en Europe en interdisant totalement le glyphosate. La proposition des sociaux démocrates est débattue ce mardi 2 juillet à la chambre basse du Parlement autrichien mais ne fait pas l'unanimité.

Publicité

Hans Gnauer est agriculteur en Basse-Autriche. Dans ses 175 hectares de champs, il cultive des pommes de terre, des betteraves ou encore du blé. Après les récoltes, il pulvérise du glyphosate pour éliminer les mauvaises herbes et préparer son sol pour les nouvelles plantations.

Une interdiction totale serait injuste à ses yeux : "on aura des coups plus importants. Il nous faudra travailler avec des machines et ce travail mécanique est mauvais pour la terre et la vie des sols. Le glyphosate est autorisé partout ailleur en Europe. Cela représente donc un désavantage concurentiel majeur".

L'Union européenne a prolongé l'autorisation du glyphosate jusqu'en 2022. Pourtant une agence de l'Organisation mondiale de la santé l'a classé comme "cancérogène probable".

"L'interdiction totale serait un grand succès"

Les associations écologistes autrichiennes espèrent donc son interdiction dans le pays.C'est le cas d'Helmut Burtscher-Schaden, biochimiste, membre de l'association Global 2000 : "Ce serait un grand succès car on retirerait ainsi complètement du marché un pesticide qui est reconnu comme cancérogène pour les animaux et probablement pour l'homme. Il peut nuire à la procréation et cause aussi d'importants dommages sur l'environnement".

Mais l'interdiction totale divise les députés autrichiens. Le parti conservateur ne la votera pas car il l'estime contraire au droit européen. Un argument rejeté par les sociaux démocrates à l'origine de la proposition pour bannir le glyphosate.

Pour être adoptée, l'interdiction doit avoir le soutien des députés du FPÖ, l'extrême droite autrichienne, qui entretient encore le doute sur ses intentions.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.