Accéder au contenu principal

L'Autriche vote l'interdiction totale du glyphosate, une première en Europe

Épandage de glyphosate sur un champs à Ouzouer-sous-Bellegarde en France, le 30 novembre 2017.
Épandage de glyphosate sur un champs à Ouzouer-sous-Bellegarde en France, le 30 novembre 2017. Christian Hartmann, Reuters

Les députés autrichiens ont adopté mardi un projet de loi interdisant totalement l'usage de glyphosate, l'herbicide soupçonné d'être cancérigène. L'Autriche devient le premier pays de l'UE à bannir l'herbicide au nom du "principe de précaution".

PUBLICITÉ

Une première en Europe. Les députés de la chambre basse du parlement autrichien ont approuvé, mardi 2 juillet, un texte de loi interdisant totalement l’usage du Glyphosate. Cet herbicide, connu comme l'un des composants du Roundup fabriqué par Monsanto, est l’un des plus utilisés à travers le monde.

Une majorité de députés a voté en faveur de l'amendement proposé par le parti social-démocrate SPÖ en vertu duquel "la mise sur le marché" de produits à base de glyphosate est "interdite au nom du principe de précaution". Le texte a notamment reçu le soutien du parti d'extrême droite FPÖ.

Peu avant le vote, la dirigeante des sociaux-démocrates Pamela Rendi-Wagner, à l’origine du projet de loi, s’est exprimée jugeant qu'il était urgent d'interdire le glyphosate car "les preuves scientifiques d'effets cancérigènes de l'herbicide sont de plus en plus fortes".

Le texte a reçu le soutien du Parti de la liberté (FPÖ, extrême droite) ainsi que du parti libéral Neos. L'ÖVP (Parti conservateur) y était hostile et a estimé qu'une telle
interdiction serait contraire au droit européen.

D'autres pays de l'Union européenne ont adopté des interdictions partielles du glyphosate, même si la France a réduit ses ambitions en la matière. L'Autriche, elle, s'est tournée vers l'agriculture biologique plus que tout autre pays de l'UE.

Classé "cancérigène probable" depuis 2015 par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le glyphosate est utilisé sous diverses marques, depuis que le brevet détenu par le groupe américain Monsanto est tombé dans le domaine public en 2000.

La Commission européenne, organe exécutif de l'Union, met en avant le feu vert de ses agences scientifiques, l'Efsa (sécurité des aliments) et l'Echa (produits chimiques), qui n'ont pas classé la substance comme cancérigène.

Avec Reuters et AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.