Accéder au contenu principal
COMPTE-RENDU

Mondial-2019 : les Américaines domptent les Lionnes anglaises et filent en finale

Alex Morgan célèbre son but face à l'Angleterre, en faisant semblant de boire une tasse de thé, le 2 juillet 2019, à Lyon.
Alex Morgan célèbre son but face à l'Angleterre, en faisant semblant de boire une tasse de thé, le 2 juillet 2019, à Lyon. Jean-Philippe Ksiazek, AFP

Les Américaines vont participer à leur troisième finale de rang dans un Mondial après leur victoire face à l'Angleterre (1-2). Pourtant valeureuses, les Trois Lionnes n'ont pas réussi à renverser le cours du match.

Publicité

La demi-finale entre l’Angleterre et les États-Unis a tenu toutes ses promesses. Au terme d’une rencontre à forte intensité, ce sont finalement les Américaines qui ont obtenu le premier billet pour la finale en dominant les Anglaises (1-2), mardi 2 juillet, au stade de Lyon.

Comme à leur habitude, les joueuses de Jill Ellis ont démarré le match à un train d’enfer. Malgré l’absence de leur attaquante vedette, Megan Rapinoe, laissée sur le banc, elles ont encore une fois ouvert le score avant le quart d’heure de jeu. A la 10e minute, Christen Press a inscrit le premier but de la rencontre d’une tête dans la lucarne au second poteau sur un centre parfait de Tobin Heath.

Assommées, les Trois Lionnes ont mis un peu de temps avant de revenir dans la rencontre. Elles ont commencé à douter, mais à la 19e minute, Ellen White les a remis sur les bons rails. Servie par Beth Mead, l’attaquante a permis à son équipe de recoller au score d’une belle reprise du pied droit. Les Américaines n’ont alors pas tardé à répondre. Douze minutes plus tard, Alex Morgan a redonné l’avantage à la Team USA d’une tête assurée au premier poteau sur un centre enroulé de Lindsey Horan. Un magnifique cadeau le jour même de ses 30 ans. Comme depuis le début du Mondial, la jeune Rose Lavelle, l'avenir de cette sélection américaine, s’est aussi encore une fois illustrée dans ses œuvres, multipliant les frappes lointaines.

Un pénalty manqué

Au retour des vestiaires, les Anglaises sont revenues avec de belles intentions, mais elles ont été incapables d'égaliser. Plus physiques et plus techniques, leurs adversaires, fortes de leur expérience à ce stade de la compétition, ont continué à garder le contrôle de la rencontre. Mais l'équipe européenne ne s'est pas découragée et a même réussi à faire peur à l'ogre américain.

Ellen White a cru avoir égalisé à la 67e minute, mais son but a été refusé pour hors-jeu. A la 83e minute, l'attaquante anglaise a ensuite obtenu un pénalty après un contact de Becky Sauerbrunn dans la surface. Mais sa coéquipière, la capitaine Steph Houghton n'a pas réussi à le convertir. Sa frappe sans puissance a été facilement captée par la gardienne Alyssa Naeher. En toute fin de match, les joueuses de Phil Neville se sont même retrouvées à dix après l'expulsion de Millie Bright après un second carton jaune.

Les Américaines, championnes du monde en titre, se sont ainsi offertes une troisième finale de rang. Elles rencontreront dimanche à Lyon, le vainqueur de la demi-finale entre les Pays-Bas et les États-Unis qui se déroulera mercredi.

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.