Accéder au contenu principal

Mondial-2019 : Shanice van de Sanden, la Néerlandaise qui joue la finale à domicile

Shanice van de Sanden, le 25 juin 2019, à Rennes, à la fin de la rencontre contre le Japon.
Shanice van de Sanden, le 25 juin 2019, à Rennes, à la fin de la rencontre contre le Japon. Loic Venance, AFP

En demi-teinte depuis le début du Mondial, Shanice van de Sanden a su rebondir et participer activement à la qualification des Pays-Bas pour la finale. Dimanche contre les États-Unis, la joueuse lyonnaise jouera chez elle.

Publicité

"Très, très, très contente". C’est par ces quelques mots lâchés en français, un énorme sourire aux lèvres, que Shanice van de Sanden a réagi au micro de TF1 après la victoire de son équipe, mercredi 3 juillet, face à la Suède, en demi-finale du Mondial.

La joueuse était pourtant à deux doigts de vivre une soirée cauchemardesque. Après des prestations décevantes depuis le début de la compétition, la sélectionneuse néerlandaise Sarina Wiegman avait choisi de la laisser sur le banc au début de la rencontre, préférant Lineth Beerensteyn beaucoup plus en vue dans cette Coupe du Monde. Mais crispée par l’événement, cette dernière ne s’est pas montrée convaincante contre les Scandinaves, ratant énormément de passes et de centres.

"C’est ma ville, c’est dingue"

À la 71e minute, Shanice van de Sanden a finalement fait son entrée alors que les deux équipes n’arrivaient toujours pas à se départager. Auteure d’une frappe puissante du droit dans les arrêts de jeu, l’attaquante n’a pas trouvé le chemin des filets, mais elle a permis d’apporter de la profondeur et de la vitesse dans le jeu des Oranje. La délivrance est finalement venue de sa coéquipière Jackie Groenen dans les prolongations, auteure du but de la victoire.

"C'est vraiment un rêve, c'est incroyable, c'est un travail d'équipe, en plus c'est la Coupe du monde et c'est ma ville c'est dingue !", a décrit après le match celle qui joue en club à l’Olympique lyonnais depuis deux saisons. "Ça donne beaucoup de confiance quand on a le stade avec soi. Quand je suis arrivée, tout le monde criait mon nom. Ça donne ce petit plus".

Il faut dire que la footballeuse batave est l’une des chouchoutes du public lyonnais. Même si ces résultats sont souvent inconstants, Shanice van de Sanden sait répondre présente lors des grands rendez-vous. Elle est ainsi rentrée dans l’histoire de l’OL en se montrant déterminante au cours des deux dernières finales de Ligue des champions remportées par son équipe. Le 24 mai 2018  contre Wolfsburg, elle délivre trois passes décisives. Un an plus tard, le 18 mai 2019, elle récidive avec deux nouvelles passes décisives contre le FC Barcelone.

Shanice van de Sanden réconforte sa coéquipière à Lyon Saki Kumagai après la victoire des Pays-Bas face au Japon en huitième de finale

"C’est la plus contagieuse des coéquipières"

Selon ses coéquipières, elle est une menace constante pour ses adversaires. "Shanice a un enthousiasme inégalable pour travailler dur, contre n’importe quel joueur et dans n’importe quel match. C’est la plus contagieuse des coéquipières. Elle demande toujours plus aux autres, peu importe qui", comme l’a résumé au site The Offside Rule, la défenseuse anglaise Lucy Bronze qui porte aussi les couleurs de l’OL.

La joueuse de 26 ans, originaire d’Utrecht est pourtant venue tard au football. Ce n’est qu’à l'âge de 12 ans qu’elle a découvert ce sport. En seulement quatre ans, elle a réussi à rejoindre l’équipe nationale. "C’était comme sauter dans un train en marche", a-t-elle décrit sur le site de son équipementier Nike. "Au début, j’étais avec les moins de 17, puis les moins de 19 et très vite je me suis entrainée avec la sélection. C’était incroyable. C’est dur de décrire ce sentiment. Je me souviens juste que ma famille, mes frères et ma mère, étaient très fiers de moi".

C’est d’ailleurs sous leurs yeux que Shanice van de Sanden a vu sa carrière exploser. Le 16 juillet 2017, à Utrecht, elle offre la victoire de la tête aux Pays-Bas lors du match d’ouverture du Championnat d’Europe contre la Norvège. Pendant trois semaines, tout le pays s'enthousiasme pour les Oranje jusqu’à leur victoire finale dans le tournoi, le tout premier titre de leur histoire. Dans la foulée, l’attaquante, qui évoluait alors à Liverpool, est recrutée par l’Olympique lyonnais.

Considérée comme l’une des footballeuses le plus rapides de sa génération, Shanice van de Sanden est aussi connue pour ses excentricités. Le crâne presque rasé, elle multiplie les couleurs de cheveux passant du rose vif au style léopard. Surtout, elle ne rentre jamais sur la pelouse sans son rouge à lèvres. "J’aime toujours le porter. Quand je joue, quand je m’entraîne, je me sens à l’aise. Tout le monde en parle et cela me va très bien", s’en est amusée la joueuse lors d’une interview au site The Equalizer.

Quel look va-t-elle arborer pour la finale dimanche contre les États-Unis ? La surprise est encore entière. Même si les Néerlandaises font figure de Petit Poucet face aux ogres américaines, c’est encore une fois avec décontraction et confiance que Shanice van de Sanden va faire son entrée sur la pelouse : "Ça va être une finale difficile, mais de toute façon une finale, c'est une finale, c'est toujours difficile et je suis prête".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.