Accéder au contenu principal

Tour de France : Sagan remporte la 5e étape, Alaphilippe toujours en jaune

Douzième victoire pour Peter Sagan dans le Tour de France, à Colmar, lors de la 5e étape, le 10 juillet.
Douzième victoire pour Peter Sagan dans le Tour de France, à Colmar, lors de la 5e étape, le 10 juillet. Jeff Pachoud, AFP

Le Slovaque Peter Sagan a remporté au sprint la 5e étape du Tour de France entre Saint-Dié-des-Vosges et Colmar. Le Français Julian Alaphilippe, 10e à l'arrivée, reste maillot jaune.

Publicité

Peter Sagan est en route pour l'histoire. En remportant la 5e étape du Tour de France 2019 entre Saint-Dié-des-Vosges et Colmar, le Slovaque de la Bora-Hansgrohe a conforté son maillot vert de meilleur sprinteur. S'il conserve la tunique jusqu'aux Champs-Élysées le 28 juillet prochain, il deviendra le seul cycliste à avoir remporté sept fois la distinction sur la Grande Boucle.

La vedette de l'équipe Bora a réglé au sprint un premier peloton, comprenant le maillot jaune Julian Alaphilippe (Deceuninck), à l'arrivée des 175,5 km de la première journée vosgienne. Il a devancé très nettement le Belge Wout Van Aert (Jumbo) et l'Italien Matteo Trentin (Mitchelton).

Âgé de 29 ans et trois fois champion du monde (2015 à 2017), Sagan est l'inamovible maillot vert du Tour depuis ses débuts dans la Grande Boucle en 2012. Hormis une seule fois, en 2017, quand il avait été exclu pour sprint irrégulier dans la première semaine.

"Il fallait être patient, la victoire a fini par arriver. Mes équipiers ont fait un super travail. On a contrôlé la course tout au long de la journée et on a bien fini. J'ai donné le meilleur", a déclaré Sagan, qui n'avait gagné que trois fois depuis le début de la saison.

Les favoris du Tour se sont observés durant cette journée estivale, la première sur un parcours de moyenne montagne. Mais l'échappée, lancée après maintes tentatives en début de course, n'a jamais pu avoir les coudées franches.

Alaphilippe a du pain sur La Planche des Belles Filles pour rester en jaune

L'Australien Simon Clarke, le Belge Tim Wellens, le Danois Mads Würtz et le Letton Toms Skujins ont obtenu seulement une marge de l'ordre de deux minutes. Skujins a distancé ses compagnons dans la côte des Trois-Épis, à 37 km de l'arrivée. Le Letton a été repris dans la dernière difficulté, au seuil des 20 derniers kilomètres, par un peloton mené le plus souvent par les équipiers de Michael Matthews (7e à l'arrivée).

Ce groupe, écrémé mais encore compact, s'est disputé la victoire à Colmar, malgré une tentative solitaire du Portugais Rui Costa (UAE Emirates), repris à 2 km seulement de la ligne.

Alaphilippe, 10e de l'étape, a gardé son avantage au classement général sur les candidats au maillot jaune, les favoris du Tour qui vont se jauger sur les pentes de La Planche des Belles Filles.

"Il est capable de conserver le maillot", estime son cousin et entraîneur Franck Alaphilippe. "La montée est très dure mais, sur 7 km, il peut faire le match avec les meilleurs. Il a les moyens de le faire en tout cas. Mais cela va dépendre de la manière dont se courra l'étape".

Long de 160,5 km, le parcours enchaîne les montées et les descentes dans les Vosges, pas moins de six cols ou côtes répertoriées avant l'ascension finale (7 km à 8,7 %). Cette année, les organisateurs ont repoussé la montée d'un kilomètre sur route très raide (jusqu'à 24 %), par rapport aux trois arrivées précédentes du Tour dans la station de la Haute-Saône.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.