Accéder au contenu principal

Au Royaume-Uni, Johnson et Hunt s’affrontent dans un débat centré sur le Brexit

Les candidats au poste de Premier ministre britannique Boris Johnson et Jeremy Hunt lors d'un débat télévisé à Salford, le 9 juillet 2019.
Les candidats au poste de Premier ministre britannique Boris Johnson et Jeremy Hunt lors d'un débat télévisé à Salford, le 9 juillet 2019. Matt Frost, ITV via REUTERS

Les deux candidats à la succession de Theresa May à la tête du parti conservateur et du gouvernement britanniques, Boris Johnson et Jeremy Hunt, se sont affrontés mardi dans un débat télévisé, où chacun a tenté de défendre son projet pour le Brexit.

Publicité

Boris Johnson a brandi la carte de l'optimisme, Jeremy Hunt celle de l'honnêteté : le Brexit a dominé, dans des échanges tendus, le premier et dernier face-à-face prévu entre les deux candidats dans la course pour succéder à Theresa May aux postes de chef du parti conservateur et de Premier ministre britanniques, mardi 10 juillet.

Engagé dans une compétition dont le gagnant sera connu le 23 juillet, l'actuel ministre des Affaires étrangères Jeremy Hunt s'est montré incisif, mardi soir, à l'égard de son rival Boris Johnson, grand favori parmi les membres du Parti conservateur pour succéder à Theresa May.

L'impasse politique à Londres autour de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE) a poussé Theresa May à jeter l'éponge fin mai, après trois échecs devant la Chambre des communes pour faire ratifier l'accord de Brexit négocié avec Bruxelles.

Pas de démission de Boris Johnson en cas d’échec du Brexit ?

Initialement prévu le 29 mars dernier, le Brexit a été repoussé à deux reprises et est désormais programmé au 31 octobre prochain. Il a été demandé mardi à Boris Johnson et Jeremy Hunt de démontrer qu'ils parviendraient à acter le divorce avec l'UE à cette date et comment ils protégeraient les entreprises britanniques en cas de "no deal".

"Il est très, très important de ne pas envisager de circonstances qui empêcheraient notre sortie de l'UE au 31 octobre", a déclaré Boris Johnson, mettant en doute la volonté réelle de Jeremy Hunt de respecter cette date.

L'ancien maire de Londres a refusé d'indiquer qu'il quitterait, le cas échéant, ses fonctions de Premier ministre si le Royaume-Uni venait à demeurer dans l'UE au-delà du 31 octobre. "Je ne veux pas donner à l'UE la perspective de pouvoir favoriser ma démission en refusant de convenir d'un accord", a-t-il répondu.

Depuis le début de sa campagne, Boris Johnson répète que le Royaume-Uni sortira de l'Union européenne le 31 octobre, accord de Brexit renégocié ou pas.

Les candidats veulent renégocier, l’UE refuse

Hunt a réagi en accusant son prédécesseur au Foreign Office de refuser de donner des réponses directes et de fonder l'hypothèse d'un nouvel accord avec l'UE simplement sur la base de l'optimisme.

"Comme Boris ne répond jamais aux questions, nous ne savons absolument pas à quoi ressemblerait son mandat de Premier ministre", a lancé l'actuel chef de la diplomatique britannique, donné nettement derrière son rival dans les sondages.

Les deux candidats veulent renégocier avec l'UE l'accord de Theresa May, ce que l'UE refuse d'envisager. Lors du débat, Jeremy Hunt a mis en avant ses qualités de négociateur en tant qu'ancien entrepreneur à succès, tandis que Boris Johnson a surtout fait valoir sa détermination à ne pas céder face à Bruxelles.

Selon une enquête d'opinion YouGov pour The Times en fin de semaine dernière, Boris Johnson est crédité de 74 % des intentions de vote des membres du Parti conservateur, contre 26 % pour Jeremy Hunt.

Avec Reuters et AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.