Accéder au contenu principal

Tour de France: Pinot réussit l'examen sans gagner

Le Français Thibaut Pinot à la veille du départ du Tour de France, le 6 juillet 2019 à Bruxelles
Le Français Thibaut Pinot à la veille du départ du Tour de France, le 6 juillet 2019 à Bruxelles AFP/Archives
Publicité

La Planche des Belles Filles (France) (AFP)

Thibaut Pinot a réussi jeudi l'examen de La Planche des Belles Filles, à défaut de gagner la 6e étape du Tour de France qui se terminait sur ses terres de Haute-Saône.

Follement encouragé, par le public venu en masse et sur la route recouverte d'inscriptions à son nom, le "régional" de la Groupama-FDJ a fait quasiment jeu égal avec le vainqueur sortant, le Gallois Geraint Thomas. Il a franchi la ligne en 5e position, devant le maillot jaune de Julian Alaphilippe, une poignée de secondes avant ses rivaux pour le classement général.

"Ce n'est pas une mauvaise journée", a estimé son directeur sportif Philippe Mauduit. "On pouvait ambitionner mieux mais il faut agir en fonction des circonstances de course. Il faut savoir tempérer nos ardeurs".

En poste depuis le début de la saison, Mauduit, qui a notamment dirigé par le passé l'Espagnol Alberto Contador, voit au-delà de la seule journée de La Planche des Belles Filles, quand bien même son coureur a "la jambe qui gratte", une expression cycliste pour évoquer l'impatience d'en découdre.

"On s'était bien mis d'accord ce matin", a souri le directeur sportif de l'équipe française, qui a pu constater l'efficacité de David Gaudu, le jeune (22 ans) lieutenant de Pinot en montagne.

L'espoir breton a pris les commandes du groupe des favoris à 3 kilomètres du sommet. Il a "vissé" et a prolongé son effort jusqu'à la flamme rouge du dernier kilomètre, avant de prendre la 23e place de l'étape, devant des coureurs tels que l'Italien Fabio Aru et Romain Bardet.

Au classement général, Pinot, à qui tout réussit jusqu'à présent dans le Tour, occupe la 7e place, à 58 secondes de l'Italien Giulio Ciccone. Dans le sillage immédiat de Geraint Thomas (9 secondes d'écart) et de l'autre leader d'Ineos, le Colombien Egan Bernal (5 secondes).

"Il est plus que jamais dans le match", selon l'expression de Marc Madiot, le patron de son équipe.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.